*STRESS* Comment j'ai surmonté ma claustrophobie

Des phobies, pratiquement tout le monde en a (plus ou moins prononcées) mais certaines sont vraiment « handicapantes » comme celles de l’agoraphobie (peur des foules et de tous les endroits où il y a une grande concentration de gens comme les stades, les lieux de concerts, traverser des rues, etc…) ou la claustrophobie (peur des endroits fermés comme les ascenseurs, le pièces sans fenêtres, les portes fermées, etc…)

Je suis devenue claustrophobe quand j’avais plus ou moins 28 ans et ça commençait vraiment à devenir gênant. Et puis un jour vers les 40 ans, pffff!  c’est parti et l’article que vous allez lire maintenant va vous expliquer comment.

LA CLAUSTROPHOBIE

 

La claustrophobie

La claustrophobie

Symptômes

La claustrophobie posséderait deux symptômes clés : la peur d’être restreint et la peur de suffoquer. Un individu claustrophobe montrerait souvent, mais pas toujours, des signes dans les pièces suivantes : petites salles, salles fermées à clé, ascenseurs, voitures, tunnels, prisons, escalators, métros souterrains, caves, avions et zones confinées.

Cependant, un claustrophobe n’est pas forcément effrayé par l’endroit en lui-même, mais il a plutôt peur de ce qui pourrait lui arriver s’il était coincé à cet endroit. Souvent, lorsqu’il est confiné, l’individu est effrayé par l’idée de manquer d’air.

La plupart des claustrophobes retirent leurs vêtements pensant que cela minimisera les symptômes. Si plusieurs de ces symptômes précédemment cités apparaissent en même temps, il existe un risque de crise de panique. Cependant, les individus font de leur possible pour éviter ces types de situations.

La peur des espaces confinés est une phobie. Les individus claustrophobes qui se découvrent eux-mêmes dans une salle sans fenêtre savent qu’ils ne sont pas en danger, cependant ils seront effrayés, possiblement terrifiés à une idée d’être incapable d’en sortir, et un bon nombre d’entre eux ne connaissent pas la cause de cette idée. La cause exacte de la claustrophobie est inconnue, mais il existe plusieurs théories (tiré de Wiképédia : la claustrophobie )

MES RAISONS

C’est probablement parce que profondément malheureuse et prisonnière d’un mariage raté, seule, je me suis sentie totalement asphyxiée dans une situation qui me paraissait sans issue (enfermée, sans issue des mots qui résument bien le problème de ce type de phobie)

Il s’agissait d’une phobie très dérangeante mais pas aussi graves que certaines que j’ai eu à traiter par la suite avec certains de mes clients

LA CURE (inattendue)

Vers les 40 ans, je commence tout un tas de formations et l’une d’elles qui durait 8 jours m’emmène près de Bourg-en-Bresse dans une grande maison avec un immense jardin et … un TIPI (bizarre! bizarre!)

Les jours passent et notre formatrice (qui était allée je ne sais où pour travailler avec des chamanes amérindiens  nous dit que nous allions avoir une SWEAT LODGE le soir même

Sweat Lodge

Sweat Lodge

SWEAT LODGE, Quel drôle de nom ? Kesako ?

Sweat Lodge ou hutte de sudation ou INIPI est une espèce de sauna utilisé dans un rituel de purification mais à la différence du sauna qui ne nettoie que la sphère physique, la SWEAT LODGE cherche aussi à purifier les sphères émotionnelles et spirituelles. (lire l’excellent article sur le blog SWEAT LODGE) 

Comment ça se passe.

Des pierres sont chauffées à l’extérieur et ensuite placées au centre du tipi et on les arrose d’eau tout au long du rituel pour faire de la vapeur (comme dans un sauna)

Nous sommes nues bien sûr et assises ou couchées sur la terre, il fait noir, une chaleur d’enfer et heureusement la sauge parfume l’air, mais c’est un espace petit et obscur …

Le rituel s’est vraiment déroulé selon les anciennes traditions amérindiennes et me voilà donc partie dans cet espace confiné (ô combien) , sans y voir goutte, paniquée mais n’ayant pas osée me « DÉGONFLER » et me promettant que j’allais sortir à la première occasion.

Nous étions 7 ou 8 il me semble (c’était il y a 30 ans!) et je me trouve une place tant bien que mal et m’assieds sur la terre.

Et là, au bout de peut-être 15 à 20 minutes, les autres commençaient à sortir et moi je me disais depuis le début car je sentais la panique me gagner :

bon, sylviane, touche la terre, tu ne risques rien mais touche la terre, touche la terre tout autour de toi, ne perds pas le contact avec la terre… et je touchais la terre et je touchais la terre, le contact de la terre me rassurait curieusement

Et les autres continuaient à sortir et je me disais,

tu peux le faire, touche la terre, touche la terre et je n’arrêtais pas de me dire ça, et je touchais la terre tellement d’ailleurs que j’avais maintenant la place de me coucher par terre …

La chaleur était vraiment infernale (à 23° je transpire et dégouline alors là vous pouvez imaginer le tableau!)

Petit à petit nous ne sommes restées que 3 avec la formatrice et au bout de je ne sais combien de temps (assez long) , nous sommes finalement sorties

Ouf !

Pendant au moins une heure silence complet, ça avait vraiment remué tout le monde.

Je ne peux pas vous dire que cela avait été une partie de plaisir et je sentais que quelque chose s’était passé. Quoi ?  

Mystère,  mais cette séance est encore imprégnée en moi presque 30 ans après c’est tout dire de l’impact

Adieu claustrophobie

Adieu claustrophobie

CONCLUSION

Quand une fois rentrée chez moi, je me suis surprise à prendre l’ascenseur jusqu’au 15e sans problèmes, ah,  ai-je pensé bizarre ! bizarre !

Enfermée dans un ascenseur quelques semaines plus tard, aucune réaction, ni peur, ni de panique, rien. Bizarre ! Bizarre !

Prise dans un encombrement dans le tunnel de la Défense, aucune réaction, ni d’étouffement, ni de panique, rien. Bizarre ! Bizarre

En résumé, cette expérience m’a profondément marquée non seulement en m’enlevant cette maudite claustrophobie mais aussi à d’autres niveaux personnels.

Quand nous souffrons d’une phobie, tout se passe « là-haut » dans le mental et nous n’avons plus aucun lien avec le monde rationnel, nous sommes « déconnectés » de l’élément TERRE

Donc là intuitivement en me répétant « touche la terre, touche la terre » je me suis re-connectée  avec le RÉEL et ça m’a guérie de cette maudite phobie mais j’avoue que l’expérience a été douloureuse car enfermées comme nous l’étions, suant et en ayant perdu toute notion du temps j’ai vraiment eu la sensation de RE-SORTIR du ventre de ma mère.

IMPRESSIONNANT

La semaine prochaine :

LA PREMIÈRE VIDÉO VITAMINES :

COMMENT S’EN SORTIR APRÈS AVOIR TOUT PERDU ? »

et pour ceux que cela intéresse sur mon autre blog SOS STRESS :

LA VISUALISATION POUR LES NULS … ET LES AUTRES  »

avec un PDF gratuit sur la visualisation créatrice « 

Et j’ai à mon tour été interviewée par Sophie du blog : COACHING INTUITIF et vous pouvez voir la vidéo en cliquant sur le lien bleu INTERVIEW PUNCH

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur « j’aime » et retrouvez-moi sur Facebook !

[likebox]
36 commentaires
  1. […] COMMENT J’AI SURMONTÉ MA CLAUSTROPHOBIE” […]

  2. Bonjour Sylviane,
    Merci de ce partage de cette technique étonnante pour traiter la phobie.
    La libération des phobies est un de mes grands dadas. Et c’est un des domaines dans lesquels j’ai les meilleurs résultats (à part le stress).
    Même si ce que j’utilise est très loin du chamanisme, (NERTI : Nettoyage Émotionnel Rapide de Traumatismes Inconscients), je ne manquerai pas d’aller voir ça de plus près la prochaine fois que j’en aurai l’occasion.
    Prends soin de toi
    Luc Mister NO Stress

  3. Bonsoir Sylviane,

    Merci de partager ainsi ton expérience avec tant de sincérité.

    Pas de phobie particulière pour moi sauf celle, atténuée, de rouler sur un toboggan routier (qui n’existe plus, ouf !) ou j’avais l’impression de littéralement étouffer en risquant à chaque instant de m’écraser sur les côtés du toboggan malgré l’espace suffisant.
    Faut dire aussi que l’emprunt de ce toboggan routier correspondait au parcours ou j’allais rendre visite à ma grand-mère paternelle qui me renvoyait à ma mère donc histoire familiale…

    J’ai relié ce fait à ma mère qui a passé sa vie à me renier (dit sans émotion ce soir), naissance difficile…sans doute…Mémoire de l’enfant qui nait…sans doute…

    Merci pour ce partage d’expérience Sylviane,

    Hélène

  4. Bonjour Sylviane,
    ta volonté et ton intuition t’ont guérie car tout le monde ne va pas faire un stage de se genre! Mais ce n’est pas étonnant de trouver tant de souffrances à présent si déconnecté de la terre, notre mère pour le amérindiens.

  5. Bonjour Sylviane,

    En effet c’est une sacrée expérience. Je l’imagine très bien !
    C’est vrai qu’en ayant la sensation et certitude d’être connecté à la terre, nous nous sentons rassuré et plus fort.

    En tous cas c’est mon cas, je me sens reliée et protégée par cette connexion.

    Merci pour ce témoignage,
    Bien amicalement,
    Christine

  6. Bonjour Sylviane,

    J’avais connaissance de cette pratique chamanique et j’avais très envie de la vivre. Tu me donnes envie !
    Fantastique que tu aies eu le besoin de te mettre en contact avec la terre. Impossible en effet de se sentir « bien dans ses baskets » sans cette connexion. Qui est faible chez nombre d’entre nous.
    Tu te souviens du lieu exact de ton stage ? Ma région d’enfance.
    A bientôt.
    Marie.

  7. Bonjour Sylviane,

    Je croyais qu’il y avait des Sweat Lodge qu’aux endroits où il y a des amérindiens ou autochtones (comme chez moi). Les amérindiens organisent effectivement des sweat lodge, mais jene sais pas si les participants sont nus ou vêtus.
    Je n’y ai jamais participé, mais je connais une femme qui y est allée. Je n’ai pas parlé de son expérience avec elle, mais étant donné ce que tu racontes à ton sujet, je vais lui poser des questions.

    J’émets une hypothèse au sujet de la terre : en polarité (technique que j’ai étudiée), les peurs sont un débalancement de l’élément terre et, pour moi, ça expliquerait le résultat que tu as obtenu i.e. tes peurs qui ont disparu en restant connectée à la terre, du moins celles dont tu nous parles.

    En tout cas, c’est super comme résultat!

    Amicalement,

    Sco!

  8. Bonjour Sylviane,
    Ce n’est pas de claustrophobie dont je souffrais mais de la peur du vide qui avait tendance à m’attirer. J’allais souvent à la montagne et j’étais confrontée à ce problème à chaque fois
    Pour m’en défaire j’ai décidé de prendre des cours de varappes.
    Pas facile je me suis retrouvée coincée sans pouvoir bouger, tétanisée. A l’époque je ne pouvais même pas monter sur une chaise sans avoir de vertiges.
    Je n’ai pas laissé tombé et j’ai réussi à me défaire de ce mal aussi gênant que la claustrophobie.
    J’ai pris l’habitude de soigner le mal par le mal.
    Je ne sais pas si c’est la bonne solution mais à moi, elle réussie assez bien.
    Belle et douce journée.
    Danièle

  9. Bonjour Sylviane,

    Je ressent cette impression de claustrophobie lorsque je suis dans un lieu où il y a énormément de monde. J’essayerais d’utiliser ta technique mais c’est pas gagné…

    Olivier

  10. Bonsoir Sylviane
    je suis heureuse pour toi que ta claustro se soit envolée en te reconnectant à la terre.
    Je ne résiste pas à te partager ma méprise en lisant le début de ton article, méprise qui m’a amusée.
    Je suis praticienne TIPI et cette technique de reconnection corporelle en mettant le mental au repos soigne avec douceur et efficacité les émotions négatives comme la claustrophobie entre autre.
    Donc quand j’ai lu que tu avais trouvé un TIPI, j’ai pensé que tu avais testé cette technique …Bien sûr , en lisant, j’ai vu mon erreur et j’en ai ri d’avoir ramené ce mot Tipi à mon expérience.
    Nous vivons une époque formidable où de nombreux chemins nous sont proposés pour nous débarrasser des sacs dos de peurs et de mal-être afin de vivre serein et heureux. C’est bon de les partager, c’est un message d’espoir.
    Mon souhait pour toi et pour tous.: au delà de la résolution
    de nos incohérences intérieures, le bonheur vous attend à portée de mains!

  11. Salut Sylviane,

    Donc les claustrophobes retirent leurs vêtements quand ils se sentent coincés?

    Est-ce que Adriana Karembeu est claustrophobe et où prend-elle l’ascenseur?

    A part ça, tu en a parlé à Hannah de ton expérience?

    Ca devrait l’intéresser si ça se passe dans un tipi…heu, ok, je sors.

    @+
    Christian.

  12. Bonjour, je viens de lire cet article que je trouve très intéressant.
    Je ne suis pas claustrophobe mais j’ai « peur d’avoir peur » donc crises de paniques et je vais essayer de me relier à la terre lorsqu’une attaque de panique survient… Peut-être que ce sera une découverte ? Merci de votre partage
    Muriel

  13. Bonjour Sylviane,

    Quelle expérience ! En fait la reconnection à la terre dont tu parles ne m’étonnes pas du tout. Il y a beaucoup de troubles que nous avons qui viennent souvent d’une déconnection à la terre.

    Personnellement, je n’ai jamais été concerné par la claustrophobie, par contre, j’ai la peur du vide (comme Danièle, je pense que beaucoup de gens sont concernés). Mon point culminant à été vers les 25 ans. Aujourd’hui j’en ai beaucoup moins peur, mais la piste que tu donnes est vraiment intéressante.

    Comme Danièle, je pense que plus on se confronte au problème et plus en s’en libère. Plus on le fuit, et plus il se renforce…

    Comme quoi certaines méthodes chamaniques peuvent vraiment être très puissante. Joli témoignage.

  14. Bonjour Sylviane,

    Merci pour tes conseils. C’est vrai que je n’ai pas pensé à l’hypnose alors que je la pratique depuis des années et que j’ai des très bon résultats dans d’autres domaines. Des fois on a des solutions à porté de mains et on y pense même pas !

    A bientôt,
    Olivier

  15. Bonjour Sylviane, quelle expérience ! C’est du grand nettoyage !

    Je ne suis pas à l’aise quand il y a trop de monde donc j’évite au maxi de me retrouver dans ce genre de situations.

    zenie

  16. Bonjour Sylviane,
    J’ai pratiqué aussi les sweat lodge et j’avoue que je
    te suis 5 sur 5;
    C’est comme rentrer dans un gigantesque utérus
    chaud et humide, chaud jusqu’à parfois l’insupportable.
    Cette pratique est un grand nettoyage du corps
    émotionnel et s’avère très aidant.
    Elle permet de choisir la Terre comme mère, ce qui
    résoud quelques soucis que nous aurions pu avoir
    avec notre mère d’origine!
    Merci pour le clin d’oeil à TIPI. Finalement , cette technique
    permet de débrancher les peurs et paniques et phobies qui viennent de la vie intra-utérine et la boucle est bouclée!
    la vie intra-utérine

  17. Bonjour
    je conseille à toutes les personnes qui ont des angoisses ou autres problèmes de réactions émotionnelles incontrôlables de se tourner vers TIPI de Luc Nicon…tellement simple à utiliser (auto-tipi ou en accompagnement ) La séance est extrêmement brève et surtout complètement TERMINEE !!car le problème émotionnel ne revient plus JAMAIS !
    C’est ce qu’il y a de plus PERFORMANT de nos jours…
    Bonne journée à tous

  18. Bonjour Lilly

    Merci de votre indication qui peut servir à bien des personnes concernées

Laisser un commentaire

RGPD - J'ai lu et j'accepte les informations relatives à l'utilisation et à la protection de mes données personnelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.