*STRESS* Nouveau : comment se débarrasser de vos mauvaise habitudes

En ce début d’année où pratiquement tout le monde prend des résolutions qui, pour la plupart, ne seront pas tenues, cet article vient à point. Pourquoi ? Parce que si nous n’arrivons pas à tenir nos résolutions c’est parce que l’homme est un animal d’habitude et que changer nécessite souvent de fournir des efforts que vous n’êtes souvent pas prêts à faire. La grande majorité de des MAUVAISES HABITUDES viennent de nos pensées transformées (par la force de l’habitude) en CROYANCES/

 

Cette semaine, j’ai donc le plaisir d’accueillir  Christian Dubois du blog  TOUJOURS POSITIF qui va précisément nous parler de

arrêter de fumer@Fotolia zigazou 76

arrêter de fumer
@Fotolia zigazou 76

Comment se défaire de nos mauvaises habitudes ?

Nous conservons, la plupart du temps, des pensées erronées qui nous empêchent d’avoir une grande vision sur notre vie, et des habitudes néfastes.

Tout comme un fumeur qui sait qu’il joue avec sa santé, mais continue quand même à utiliser ce poison, certaines personnes savent que leurs pensées, leurs habitudes, leurs « rituels » ne les font pas progresser, mais elles les gardent.

Pourquoi cela ?
Je vais être dur mais c’est la vérité. Parce que ça les arrange ! Non ? vous ne croyez pas ? Alors pourquoi ne les abandonnent elles pas, puisqu’elles savent que ce n’est pas bon pour elles ?

 

Qu’avez-vous à gagner ?

Dans leur tête, elles ont plus à gagner qu’ à perdre en gardant cette pensée fausse ou cette habitude néfaste.
Elles attendent une image, un bon point, une reconnaissance, comme à la « petite école ». Et pour cela elle reste sage et ne se font pas remarquer.
Alors, elles se noient dans la masse, elles pensent comme tout le monde et « obéissent » à la croyance majoritaire. Et si vous sortiez de la masse ?

Devenez extra-ordinaire

Si vous voulez faire des choses extraordinaires, il faudra devenir une personne extraordinaire.

Qu’est-ce qu’une personne extraordinaire ? Si je prends la définition du dictionnaire je trouve :

« qui sort de l’image ordinaire : exceptionnel ,inhabituel.

Qui étonne par sa bizarrerie : singulier, insolite. Hors du commun, remarquable. »

Cela vous parait-il une définition d’une personne qui reste dans le « troupeau » ?

Vous pouvez changer vos habitudes et vos pensées erronées. Rappelez-vous cette phrase d’Epictète :

«  rien n’est plaisant ou déplaisant par nature : mais tout peut le devenir par habitude »

Changez de chemin

A force d’habitude vous tracez dans votre cerveau une sorte de chemin. Puisque vos réactions sont les mêmes par rapports aux événements vous prenez encore et encore ce même chemin.

Changez de chemin

Changez de chemin

A force de passer toujours au même endroit, ce chemin devient creux, c’est un véritable canal que vous avez creusez.

Puisque vos réactions sont les mêmes par rapports aux événements vous prenez encore et encore ce même chemin. A force de passer toujours au même endroit, ce chemin devient creux, c’est un véritable canal que vous avez creusez.

Et tout comme l’eau qui ne peut s’échapper du canal vous ne pouvez sortir de vos habitudes néfastes. Il est grand temps de reboucher ce canal, non ?

Quelle est l’« image » que nous attendons avec les habitudes et les attitudes du « troupeau » ?  La sécurité

Personne n’aime être en insécurité. Nous n’aimons pas nous retrouver en territoire inconnu. Nous avons peur de ne pas réussir lorsque nous ne connaissons pas quelque chose. Nous serions exposé aux critiques. Nous choisissons de rester dans notre univers familier.

Mais attention, en choisissant la route la plus sûre, vous n’êtes pas certain d’arriver à VOTRE destination.

Peut-être qu’une voix intérieure vous pousse à modifier ce chemin et à , enfin, accomplir votre « mission » ? Vous vous sentez attiré par cette nouvelle vie, mais…les mauvaises habitudes et les mauvaises attitudes reprennent le dessus.

  • C’est quand même risqué

  • Je suis trop âgé pour changer maintenant

  • C’est trop ambitieux

  • Ma femme ( mon mari) ne sera pas content et je ne veux pas me disputer avec elle (lui)

C’est cela, on trouve des excuses pour rester dans le troupeau à cause d’un mot que vous devriez supprimer de votre vocabulaire : sécurité. Stop ! Libérez-vous !

 

Dans la vie il y a toujours 2 portes
Sur la première est inscrit Sécurité
Sur la deuxième est inscrit Liberté
Si tu choisis la première…TU PERDS LES DEUX !

 

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur « j’aime » et retrouvez-moi sur Facebook !

[likebox]
39 commentaires
  1. Bonjour Sylviane & Christian,

    belle analyse que tu nous proposes. Pour ce qui est d’arrêter de fumer, l’exemple est très démonstratif. Nous consommons quelque chose qui nuit à notre santé et pourtant nous continuons.

    J’ai même acheté un jour le livre d’Allen Carr, je l’ai commencé mais je ne l’ai jamais terminé ! Sans doute que la décision n’a pas été prise.

    J’ai beaucoup aimé l’histoire des deux portes, merci.

    Excellente journée,

    Albin

  2. […] La suite sur le blog de mon amie Sylviane : CLIQUEZ ICI […]

  3. Bonjour vous deux,
    Effectivement il n’est pas facile de mener à bien les résolutions que l’on a prises en ce début d’année.
    Peut-être faut-il tout simplement mettre des paliers vers notre objectifs et faire des petits pas plutôt que des grands qui sont plus fatigants et mènent à l’échec.
    Réussir petit à petit donne plus de satisfactions que de faire de très grands pas et revenir continuellement en arrière.
    Il faut se donner du temps même si l’on trouve qu’il passe vite.
    A tout bientôt.
    Danièle

  4. Bonjour Sylviane et Christian, chaque fois que je veux changer une habitude, j’écris ma nouvelle habitude sur un papier que je place à l’endroit idéal pour avoir de fréquents rappels. de ce fait j’adore tester des choses en permanence puis je garde ou je modifie suivant ce que je ressens.

    Il faut commencer avec des petites habitudes « pour se faire la main » et une fois qu’on sait qu’on peut en changer une, alors une porte s’ouvre car on sait que tout peut être changé et ça c’est super !

    Expérimenter que l’on peut changer ses habitudes, c’est évoluer un peu plus chaque jour vers une liberté intérieure.

    zenie

  5. Bonjour Christian,

    Merci pour cet article qui prolonge bien celui de Sylviane sur le Kaizen. Je travaille sur mes habitudes depuis presque 2 ans, car ça na fait pas si longtemps que ça que j’ai vraiment compris comment tout cela fonctionnait.

    J’ai aussi compris que de vouloir changer trop vite et trop de choses en même temps nous ramène à la case départ, car trop difficile à tenir. Je conseille le livre de Léo Babota sur « l’art d’aller à l’essentiel » qui préconise de ne changer qu’une habitude à la fois et de passer seulement à la suivante lorsque la première est bien ancrée.

    J’adore le mot de la fin ! L’image des 2 portes est très bien vue. C’est exactement cela.

  6. Bonjour vous deux,
    L’image du chemin qui se creuse est très parlante et va m »aider à prendre conscience des habitudes qu’il faut changer. Parfois une image vaut tous les discours du monde!

  7. Bonjour Sylviane et Christian,

    Déjà de savoir que c’est la peur de l’inconnu qui nous fait rester dans nos vieilles habitudes devraient nous pousser à faire un pas vers l’avant, vers l’inconnu.

    Je sais que ce n’est pas facile. Il y a toutes sortes d’histoires à ce sujet, comme celle du gars qui s’est enlevé la vie parce que sa femme l’avait quitté (même s’il était malheureux dans son couple), car c’était tout ce qu’il connaissait. Il avait trop peur de l’inconnu.

    C’est encore plus dramatique que de décider d’arrêter de fumer…

    C’est fort les mauvaises habitudes et les croyances.

    Bonne chance à vous deux dans vos résolutions ou vos défis…

    Amicalement,

    Sco! 🙂

  8. Sécurité et liberté en même temps, c’est peut être possible ??

    En tout cas, dire que choisir la 1ere porte sécurité c’est perdre les 2 , je ne comprends pas vraiment ?

    et , est-ce que choisir la sécurité, c’est perdre à coup sur ?

    car choisir la liberté, c’est tentant mais le prix à payer est parfois très déstabilisant et faut pouvoir l’assumer ?

    Choisir de vivre sa liberté… telle qu’on la définit chacun…et c’est très personnel…n’est pas toujours possible mais ça ne veut pas dire, qu’on perd tout.

    J’ai choisi de mon côté de faire un mixte :
    – une sécurité  » professionnelle » qui me permet de ne pas mettre en danger mon entourage et moi même
    – une sécurité qui me permet de vivre une certaine liberté dans mes autres domaines de vie.

    karine

  9. Bonsoir Christian (et Sylviane),

    Je crois que le mieux, c’est de prendre l’habitude de ne pas en avoir ! 😉
    Bon en fait, déjà il faut détecter nos habitudes, et parmi elles celles dont on juge que l’effet n’est pas positif, et puis ne pas se laisser paralyser par la peur du changement … il faut s’ « accompagner » dans ce changement, avoir de la compassion pour soi-même et de la patience, savoir que tout ne change pas en un jour mais que si une goutte d’au tombe régulièrement sur une pierre, même si l’on n’en voit pas l’effet pour l’instant, à un moment la pierre va se fendre …
    Un pas après un pas comme le dit Danièle.
    Encore merci pour ce bon article
    Amicalement

    Philippe

  10. Bonsoir

    Quitter sa zone de confort est très difficile ; parfois on le fait sans réelle appréciation des risques , c’est -à – dire par inconscience , ou parce qu’on est poussé par une force irrésistible
    Personnellement , je nai pas engagé de démarche volontariste ni de véritable réflexion en ce sens , mais tous vos commentaires m’incitent à m’y mettre
    En tout cas mes voyages dans l’inconnu même non réfléchis ne m’ont jamais déçue jusqu’ici !

  11. Bonjour Christian et Sylviane,
    Très sympa cet article, j’aime bien l’idée du canal des habitudes…
    En général j’utilise l’image d’une autoroute neuronale.
    Et je me dis que je fais quelque chose d’extraordinaire à chaque fois que je fais une chose que j’ai décidé mais que je n’ai pas envie (courir, faire ma méditation, écrire un article, concevoir une formation…etc.)
    Et je me dis que les gens ordinaires ne se donne pas cette peine !
    Merci de ce rappel !
    Prends soin de toi
    Luc Mister No Stress

  12. Salut Sylviane, salut Christian,

    Je suis toujours en roue libre et je ne n’ai pas encore recommencé à pousser sur les pédales mais le sujet traité ici m’interpelle à chaque fois donc je passe faire un petit coucou.

    Canal des habitudes ou plus facilement autoroutes neuronales, il y a toujours des panneaux « sortie ».

    Et ils ne nous mènent pas nécessairement vers l’inconnu mais plutôt sur une voie que l’on a peut-être pas envie de suivre.

    Habitude égal confort mais égal aussi addiction.

    Il faut « vouloir » quitter l’autoroute et la volonté est un des moyens les meilleurs pour y arriver.

    Le « je prendrai la sortie demain », le plus célèbre « j’arrêterai de fumer demain » ne peuvent être vaincu que par le « je veux et je fais ».

    Autrement dit avoir la volonté d’aller par où c’est le mieux..

    J’ai plusieurs fois tenté d’arrêter de fumer en ne le voulant pas vraiment et bien entendu, toujours des échecs…les substituts pour se donner bonne conscience, fumer des demi-cigarillos mais en fumer deux fois plus, fumer sur la terrasse….

    Un jour, j’ai dit à mon épouse, on écrase notre dernier cigarillos et on arrête.

    Cette fois on le voulait vraiment et sans aucune autre aide que notre volonté nous avons quitté la route en un instant, pour prendre une voie de sortie « qui ne nous était absolument pas inconnue » mais que nous préférions ignorer.

    Addiction quand tu nous tiens.

    Ok, certains me diront, ouais 5 mois, pas de quoi déjà se vanter.

    Quand on quitte la route, il y a le premier pas, les premiers mètres, les premières dizaines de mètres…bref, vous m’avez compris.

    Comme disait l’autre, rendez-vous dans dix ans.

    Trouvez la volonté de vous libérer de votre addiction et enlevez vos œillères.

    En général, une voie « que vous savez être la meilleure » existe mais vous gardez la tête dans le sable (et avec des œillères, ça fait mal).

    Maintenant, toutes les habitudes ne doivent pas être abandonnées.

    Le petit Ricard (avec modération) au soleil avant le barbecue par exemple.

    @micalement.
    Christian.

    @+
    Christian.

  13. Bonjour Sylviane, et bonjour Christian,

    C’est un article très intéressant, je m’en vais le relire de ce pas (j’aime faire 2 lectures lorsqu’on sujet m’intéresse particulièrement 🙂 )

    Je suis plutôt d’accord avec la théorie des 2 chemins.

    Merci bien de nous faire réfléchir dans le bon sens !

    A bientôt 🙂

  14. Bonjour Christian et bonjour Sylviane,
    Et si ces mauvaises habitudes n’étaient pas mauvaises, mais seulement des moyens que la partie de notre cerveau programmé en termes de survie avait mis en place pour nous maintenir en vie, tout simplement. Ou s’il s’agit d’un comportement, d’une habitude, si ce qui nous guidait alors était simplement une mémoire automatique dont nous ne comprenons pas l’origine, mais qui nous mène malgré nous ?
    D’où l’utilité d’outils comme le décodage biologique ou Ho’oponopono pour nous en défaire quand nous ne parvenons pas à les identifier…
    A bientôt !

  15. Bonsoir Bernadette,

    Effectivement, on ne peut changer ce qu’on ne connait pas. Si nous n’avons pas conscience d’un comportement néfaste, la première chose à faire est de le découvrir. le décodage biologique est surement un excellent moyen
    Amicalement

  16. Selon plusieurs études, une mauvaise habitude change en 21 jours. Encore faut il réussir à tenir durant cette période.

  17. […] La suite sur le blog de mon amie Sylviane : CLIQUEZ ICI […]

Laisser un commentaire

RGPD - J'ai lu et j'accepte les informations relatives à l'utilisation et à la protection de mes données personnelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.