*STRESS* l'art de se stresser pour pas grand chose et même pour rien

Aujourd’hui un article suite à quelque chose qui m’est arrivé le jour de mon anniversaire et vous verrez que faire des suppositions nous emmène toujours vers des contrées négatives (ou pas très positives), nous fiche le moral en l’air (souvent), nous fait inventer des « films » (type catastrophe la plupart du temps) et en résumé nous stresse et nous empêche d’être heureux

Nous supposons, croyons, imaginons que X. ou Y. a pensé, dit ou fait quelque chose et ce que nous supposons ne s’appuie en réalité sur RIEN DE CONCRET

NE FAITES PAS DE SUPPOSITIONS

ÇA VOUS ÉVITERA BIEN DU STRESS

« Nous avons tendance à faire des suppositions à propos de tout. Le problème c’est que nous croyons ensuite qu’elles sont la vérité » – Don Miguel RUIZ.

Suppositions et stress

Suppositions et stress

Ce n’est pas parce que nous somme thérapeutes m’avait dit une de mes formatrices que nous agissons toujours comme il se doit et nous sommes loin d’être parfaits bien sûr.

C’est aussi le cas pour moi et voici pourquoi.

Lorsqu’à la fin de la journée de jeudi dernier, je m’aperçus qu’une de mes meilleures amies ne m’avait pas appelée pour me souhaiter mon anniversaire et que 2 jours plus tard elle continuait toujours silencieuse, j’ai commencé à SUPPOSER et à INTERPRÉTER son silence.(oh la vilaine Sylviane)

Oh ! Pas comme je l’aurais fait il y a une trentaine d’années mais en commençant tout de même à « me faire un film » comme disent les jeunes aujourd’hui. 

« Quand même, elle pourrait s’en souvenir «  (bon, même si je dis ne pas accorder beaucoup d’importance à l’évènement – oh la vilaine menteuse ! – j’aime bien recevoir des coups de fils de mes amis ce jour-là),

et de continuer à me dire :

« quand même ce n’est pas trop difficile de l’écrire ou de le mettre sur l’Iphone … » etc.

J’étais triste et même un peu vexée (j’avoue, j’avoue !!!) 

Cela n’a pas duré longtemps mais j’ai quand même passé un peu de temps à supposer, imaginer, penser que … enfin vous avez compris le truc …

 

HEUREUSEMENT JE RETROUVE MES ESPRITS

Au bout de quelques minutes, je me suis dit « mais ma pauvre Sylviane, te voilà repartie dans un délire, si C. n’a pas appelé ce n’est pas parce qu’elle ne t’aime pas ou ne pense pas à toi, non, il a dû arriver quelque chose, voilà l’explication ».

Et STOP aux élucubrations

Le dimanche mon amie me téléphone, en s’excusant d’avoir loupé la date fatidique et m’explique qu’elle a été victime d’une arnaque aux impôts (au Portugal) assez bien montée et qu’elle voyage depuis 48 heures entre la police, son avocat et re-la police .

Bref, ma pauvre amie était dans une sacrée pétaudière. Vous pensez bien qu’elle avait autre chose à penser qu’à me souhaiter mon anniversaire !

Et moi de penser :

« Sylviane, tu connais pourtant le principe (j’ai suivi une longue formation en PNL où les présuppositions occupent une place de choix dans l’enseignement et j’ai bien sûr lu « Les Quatre Accords Toltèques « ) ,

tu sais donc ma chère (je me parle bien quand même) qu’il ne sert à rien d’interpréter telle ou telle chose en fonction de NOTRE PETITE PERSONNE, car …

Ce que nous supposons est toujours FAUX, toujours le fruit de notre imagination, toujours une interprétation malicieuse d’un fait qui devient vite pour nous une réalité bâtie … sur du VENT

 

LES SUPPOSITIONS QUAND J’AVAIS 20 ANS RESSEMBLAIENT PROBABLEMENT AUSSI AUX  VÔTRES au même âge

Quand j’avais 20 ans je me faisais tout un cinéma si mon flirt du moment ne me téléphonait pas à l’heure dite, :

« sûrement qu’il ne m’aime pas, probablement qu’il se moque de moi, c’est sûr qu’il ne téléphonera plus alors qu’il avait dit qu’il le ferait » et de me ronger les sangs ….

Un film catastrophe en technicolor et grand format qui finissait généralement rapidement car le brave jeune homme pour une raison ou une autre avait eu un empêchement qui expliquait tout

N’empêche, pendant quelques heures (qui m’avaient paru une éternité …) les suppositions avaient marché au maximum de leurs capacités? Ça vous rappelle quelque chose ?

Et que celui ou celle qui n’a jamais SUPPOSÉ, IMAGINÉ, PENSÉ QUE, CRU QUE, SUPPUTÉ QUE … me lance la première pierre !

Nous prêtons des intentions aux gens, nous imaginons qu’ils pensent que…  nous laissons notre imagination vagabonder à partir de n’importe quoi et de n’importe qui …

Nous supposons que notre femme/mari comprend que nous sommes fatigués ou avons envie/ou pas de faire ci ou ça …

Nous supposons que nos collègues/collaborateurs/amis/enfants ont compris ce que nous leur avons dit … 

Nous supposons que l’homme/la femme qui nous a souri dans le métro est intéressé/e par nous

Nous supposons que si Tante Berthe est venu chez notre frère et pas chez nous c’est qu’elle le préfère à nous

Suppositions = stress

Suppositions = stress

Enfin vous l’avez compris nous SUPPOSONS à propos de tout et de rien et nous interprétons des choses qu’il n’y a pas lieu d’interpréter car notre mental s’emballe et joue avec nos pensées comme un enfant dans un parc infantil

Les suppositions sont comme un carrousel ça tourne, ça tourne mais quand ça s’arrête nous avons construit un bon gros film car nous avons tous tendance à être des Spielberg de la supposition

Et de rien du tout,  nous avons construit un bon scénario (souvent catastrophe) qui nous conduit à des attitudes totalement idiotes basées sur RIEN mais qui peuvent faire des ravages avec ceux qui en sont l’objet

 

ET TOUT ÇA POUR ÇA ? C’EST-À-DIRE POUR RIEN…  MAIS MERCI LE STRESS !

les suppositions ne s’appuient que sur nos frustrations, nos peurs et nos lacunes

Les suppositions sont un véritable poison parce que nous nous mettons dans la tête des trucs qui n’existent pas et qui ne sont que le fruit de nos pensées négatives car comme le dit Miguel Ruiz dans son livre :

« rien qu’en faisant des suppositions et en prenant tout ce qui nous arrive personnellement, nous créons énormément de poison émotionnel parce qu’ensuite nous médisons sur la base de ces suppositions »(opus cité page 66 Jouvence éditions)

Conclusion :

Plutôt que de partir dans les eaux houleuses de la Mer des Suppositions, arrêtez-vous tout de suite en faisant par exemple votre ancrage du bonheur (comment devenir zen en 2 secondes) ou/et en riant de vous même prêts à partir sur un bateau qui prend l’eau

Plutôt que de vous aventurer dans la Forêt de la Médisance, faites-vous un bon coup de pschitt pschitt (comment retrouver la pêche en 2 secondes) et/ou voyez tout de suite le côté positif de celui ou celle avec qui vous alliez partir en bataille

Plutôt que d’attendre dans la Salle des Pas Perdus Gare de la Mauvaise Communication, assurez-vous que l’Autre a bien compris votre message et soyez toujours attentifs à exprimer clairement vos idées.

 

Je vous dis à la semaine prochaine et bon entraînement pour arrêter les suppositions.

 

Un livre que je vous recommande

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur « j’aime » et retrouvez-moi sur Facebook !

[likebox]
38 commentaires
  1. Bonjour Sylviane,

    merci de ce rappel au combien vrai que nous pouvons êtres nous mêmes nos principaux bourreaux et pourvoyeurs de stress. Merci pour ce partage de tranche de vie et encore bon anniversaire 🙂

  2. Bonjour Sylviane et merci pour cet article.
    Il est oh combien vrai, je pense être aussi très douée pour me faire des films, peut être que l’âge aidant, j’en fait moins, mais cependant, encore beaucoup trop, et je pense aussi que c’est un poison qui circule en nous et peut faire des dégâts. A contrario, il y a 5 ans, j’ai rencontré une personne (croyant au grand amour) j’étais sur un petit nuage, et il aurait été conseillé de me faire des films, et bien non, je n’ai fait aucun film, j’ai déménagé, quitté mon emploi, et le piège s’est refermé sur moi, résultat, cela fait 5 ans que je suis seule car j’ai peur désormais. Pourquoi n’ai je pas vu ce qui se passait ? Pourquoi ne me suis je pas fait des films, qui la, m’auraient aidée à prendre du recul ?
    Martine
    ps : Bon anniversaire
    ps bis : merci pour vos articles, je les attends et il m’aident.

  3. Bonjour Sylviane,
    Je trouve cet accord toltèque très puissant.
    Tout ce que nous avons en nous et que nous ne
    connaissons pas, nous le projetons dehors et sur
    les autres.
    Dès que nous supposons que quelqu’un est en
    colère après nous , ne nous aime pas, ne veut pas
    de nous….etc nous avons toutes les chances de nous
    trouver en pleine régression en train de nous appuyer sur
    un situation très anodine pour rejouer un film de l’enfance.
    Il est rare de se faire un film avec quelque chose qui ne nous est pas déjà arrivé! Comme dirait un ami, on ne fabrique pas
    des faux billets de 300 euros!

  4. Bonjour Sylviane, les quatre accords toltèques et même le cinquième ont changé beaucoup de choses dans ma vision de tout et dans mon comportement aussi.
    Il est tellement facile de supposer que nous nous faisons beaucoup de mal à nous même en écoutant ces petites voix.

    zenie

  5. Bonjour Sylviane,

    Alors là je te suis à 100%. On est tous confronté à ces divagations. Les suppositions sont peut être le pire ennemi que nous ayons sans vraiment nous en apercevoir (et c’est ça le pire)… Ce 3e accord toltèque m’avait fait tilt.

    C’est du grand Spielberg et de la grande réalisation en 3D, peut-être même en 4D si on rajoute les sensations physiques :-).

    Nous sommes tous de grands producteurs et réalisateurs ! Le tout est de s’en rendre compte et de le faire le moins souvent possible…

  6. Voici u message reçu par mail
    Bonjour Sylviane
    Merci pour ton article lie aux suppositions.En effet,il m’arrive plusieurs fois de supposer des trucs ireels qui justement me stressent et m’empechent d’etre heureux,de m’epanouir.J’ai souvent des peurs et des doutes generes par ces suppositions.Je vais donc desormais faire un effort de ne plus supposer quoi que ce soit et de profiter pleinement de la vie.J’espoir que d’autres articles aussi interessants que les precedents pourront me parvenir incessamment.
    Au revoir et a bientot
    Bleck

  7. Bonjour Sylviane,
    et oui personne n’est parfait mais ton article nous met en garde contre les élucubrations de l’esprit et j’apprécie le commentaire d’Hannah » on ne fabrique pas des faux billets de 300 euros! »

  8. Bonjours Sylviane,
    Ce matin, je me suis levée avec le coeur gros après une soirée où un ami québécois a trouvé drôle de raconter des blagues sur les Français… J’en ai fait une affaire personnelle et j’ai été profondément touchée et blessée. Encore maintenant, je ne m’explique pas ma réaction, forte et longue.
    Et puis, tu vois, ce matin, je tombe sur ton article où tu parles des accords toltèques que je ne connaissais pas et que je me suis empressée de découvrir avec le plus grand ravissement qui soit.
    Le monde invisible m’a envoyé ça ce matin, et c’est du bonbon !
    Merci, Sylviane et à bientôt !

  9. Bonjour Sylviane,
    J’aime beaucoup ton article, surtout le ton, je te trouve en très grande forme !!!
    Les accords toltèques m’aident beaucoup en ce moment et je lis également « Pratique de la voie toltèque, Maîtrisez le rêve de votre vie » qui nous poussent à nous poser des questions.
    @bientôt
    Corinne

  10. Bonjour Sylviane,

    Les suppositions sont une horreurs pour le moral. On s’emballe vite pour rien. Cela rejoint aussi le stress lié à l’anticipation. Nous stressons parfois à l’avance, en s’imaginant des problèmes, des difficultés qui seront peut là (mais qui souvent n’apparaissent jamais).

    Nous nous compliquons la vie pour rien finalement.
    A bientôt
    Amicalement
    Rémi

  11. Bonjour Sylviane,

    Je suis bien d’accord avec toi ! Il faut qu’on arrête de se torturer la cervelle avec des « Et si ça se trouve… ».

    J’essaie de ne plus le faire depuis que j’ai lu les Accords Toltèques mais… il y a bien des situations où la machine (à mauvaises idées) arrive encore à se mettre en route toute seule !

    A bientôt ! : )

  12. Bonjour Sylviane,

    Bon, disons-le tout net, je suppose que tu as écrit cet article comme un message subliminal me reprochant de ne t’avoir pas souhaité un bon anniversaire… 😀

    Aaaahhh, les suppositions qui tuent. On est tous passés par là, c’est vrai.

    Personnellement, j’essaie depuis des années de ne plus me prendre le chou pour des idées préconçues, la plupart du temps totalement erronées.
    Dans le même registre, je suis bien convaincu qu’il ne sert à rien de s’inquiéter d’avance de problèmes qui ne se sont pas encore présentés et qui n’existeront sans doute jamais.

    L’esprit humain est passé maître dans l’art de se compliquer la vie.

    À bientôt

    P.-S. Ah oui, et bon anniversaire, évidemment 😉

  13. Bonjour Sylviane
    Ah , si seulement j’avais pu bénéficier de tes conseils plus tôt !
    J’ai eu beaucoup de problèmes dans ma vie professionnelle et dans ma vie personnelle également à cause de cette fâcheuse tendance à supposer , à interpréter …
    Je me suis rendue très malheureuse … pour rien
    Merci pour ce que tu nous apportes

    Amitiés
    Janine

  14. Bonjour Sylviane,
    Comme c’est étrange de se retrouver dans un article que l’on a pas écrit. Et oui comme tout un chacun, je suppose, je m’imagine, etc, pour rien de rien.
    Lorsque je me prends à faire ça j’essaie de me raisonner mais ce n’est pas toujours facile.
    La dernière date de 3 semaines. Je devais emmener mes touts chez mon ami car je partais à Paris (tu sais pourquoi). Je l’appelle pour lui dire que je viendrais plus tôt que prévu.
    Pas de réponse sur le fixe, occupé sur le portable durant plus d’une demi-heure. Et me voilà à supposer qu’il ne veut plus me garder mes chiens qu’il cherche un prétexte, etc…
    La vraie raison: il était avec son opérateur internet car plus rien ne fonctionnait et il ne pouvait donc pas me répondre.
    Voilà un film idiot qui m’a stressé durant 1h.
    Ça arrive à tous.
    Je te souhaite la meilleure jouréne.
    Danièle

  15. Bonjour Sylviane,
    Bravo pour cet article rempli d’humour.
    Le 2ème accord, je connais bien, ayant suivi la formation à distance des 4 accords avec Maud Séjournant et plusieurs séminaires avec Olivier Clerc qui a assuré la traduction de tous les ouvrages de Don Miguel Ruiz.
    Concernant ce 2ème accord, Olivier Clerc propose de rajouter des suppositions en y rajoutant de l’humour et j’avoue que j’adore sa proposition !
    Exemple: un « taré » lui fait une queue de poisson.
    Au lieu de s’énerver contre lui, il utilise son mental pour émettre de nouvelles suppositions qui vont justifier ce comportement :
    > Il a sa femme qui est en train d’accoucher sur le siège arrière
    > Les freins de sa voiture viennent de lâcher
    > Avant de partir de chez lui, il a posé son pied dans de la glue et son pied est maintenant collé à l’accélérateur !
    Véridique !
    De mon côté, quand je sens que je pars en « ritournelle », je me mets en position d’observateur (ton Jung à toi), je me connecte à mes ressentis et j’observe mes pensées se calmer doucement.

    Vis une merveilleuse semaine.
    Maxime

  16. Bonsoir Sylviane,

    Je comprends tellement ce que tu dis au sujet de ton anniversaire.

    J’ai réalisé, il y a quelques années que les anniversaires n’intéressaient personne, pas le mien en tout cas. Je ne l’affiche pas sur les réseaux sociaux et lorsque quelqu’un me le demande, je réponds vaguement sans donner de date, car si l’autre ne le sait pas, je ne peux pas être déçue de ne pas recevoir de voeux…

    Malheureusement, j’ai une mémoire de l’anniversaire de trop de gens, et maintenant, je ne demande plus aux gens c’est quand leur anniversaire et je n’envoie des voeux qu’aux rares personnes qui ont pensé au mien (ou presque). Ça me fait des déceptions de moins… et c’est mieux ainsi.

    J’ai juste compris.

    Amicalement,

    Sco! 😉

  17. […] l’art de se stresser pour pas grand chose et même pour rien […]

Laisser un commentaire

RGPD - J'ai lu et j'accepte les informations relatives à l'utilisation et à la protection de mes données personnelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.