*STRESS* J'en ai marre des  "je dois et il faut" qui me pourrissent la vie

Il faut que j’emmène les enfants à l’école, je dois passer chez ma mère ce soir, il ne faut pas que j’oublie de prendre RV chez le dentiste pour Pauline, tu sais que tu dois rendre ton rapport à la fin de la semaine, il faut que je téléphone à Yvette sinon elle va être fâchée …

Il faut vraiment que tu ailles voir ce film, tu dois étudier à l’école sinon tu n’arriveras à rien, « il faut, tu dois, tu ne dois pas, tu devrais », combien de fois dites-vous, entendez-vous de genre de phrases dans une journée, un mois, une année ? Alors comment faire pour y échapper ? Comment sortir de cette prison ?

Le SURMOI

Le SURMOI vous stresse

BIENVENU/E AU PAYS DES « JEDOIS » ET DES « ILFAUTQUE »

C’est un peuple de dictateurs qui essaient de nous imposer leur loi et qui la plupart du temps y arrivent.

Il y a deux sortes d’habitants chez eux :

1) Les PSYCHORIGIDES qui imposent leurs choix aux autres (comme les MORALISATEURS qui s’appuyant sur des textes (vieux parfois de millénaires) dictent leurs lois au nom de la tradition, de la religion etc …) Ils vous obligent à obtempérer sous peine d’être puni/e, excommunié/e, exclu/e de la communauté, etc…

et

2) Les personnes qui se donnent sans arrêt des injonctions du type :

« Je dois faire, ou pas, ceci ou cela… », il faut que je fasse, ou pas, ceci ou cela,

qui S’IMPOSENT toujours des restrictions alors que personne ne leur demande

Je dois téléphoner à Tante Gertrude

Il faut que je passe à la banque

Je dois m’inscrire à la gym

Il faut que je fasse refaire mon passeport

Dans les deux cas de figures, psychorigides et ces derniers,  ils vous pourrissent ou se pourrissent la vie

J’ai habité les deux contrées et me suis bien empoisonnée la vie et par la même occasion ai bien enquiquiné celle de mes enfants

Mais aujourd’hui, parlons plutôt si vous le voulez bien du 2ème cas, cad des personnes qui sans arrêt se mettent des « il faut, je devrais, je dois » dans leurs vies

Mais pourquoi y a-t-il autant d’habitants dans ce pays des « TUDOIS » et « ILFAUTQUE » ?

Ils sont en proie aux démons de leurs SURMOI, de leurs croyances souvent inculqués depuis leur plus jeune âge.

Pour faire court, disons que si vous vous « IMPOSEZ » des barrières de ce type c’est que vous avez en vous un sacré « gendarme intérieur» appelé LE SURMOI

MAIS KESAKO LE SURMOI ?

Le SURMOI fait partie du concept psychanalytique élaboré par Freud et est l’une des trois « instances de la personnalité » avec

le ÇA ( inventé par Georges Groddeck en 1923 et repris et conceptualisé la même année par Sigmund Freud ) et le MOI (pour plus de détails lisez l’excellent article de Wikipedia sur le sujet)

LE SURMOI

C’EST QUI, C’EST QUOI LE SURMOI ?
On l’appelle souvent notre juge intérieur, ou gendarme, ou critique ou celui qui est la morale incarnée, celui qui sait ce qui est bon (ou pas) pour nous, celui qui nous dicte ses lois et qui contribue grandement à votre stress et manque d’assurance.

Cependant, ATTENTION, votre copain le SURMOI n’a pas que des mauvais côtés, c’est mieux qu’IL vous retienne quand vous avez des velléités de sortir de la voiture pour aller taper le type qui vient de nous faire une queue de poisson

ou

quand vous voulez démolir la porte de votre voisine qui, sourde comme un pot,  met sa TV au maximum jusqu’à 2h du matin (voire plus) et vous empêche de dormir

Là, votre copain le SURMOI agit plutôt dans le bon sens mais, quand il commence à vous dicter sa loi, en vous IMPOSANT ses idées sur ce que sont, selon lui, la morale, les codes culturels ou d’honneur, il devient franchement nocif et dictateur et il vous prive de votre libre-arbitre

Parce que votre copain le SURMOI du pays des IL FAUT ET TUDOIS vous restreint et pourrit votre vie par ses exigences.

LE SURMOI EN ACTION

LE SURMOI EN ACTION

C’est le juge suprême celui qui décide pour vous ce qui est bien ou mal, c’est votre instance interne qui censure, interdit et vous sanctionne (Sympa le copain!)

Une chose encore, chacun a un SURMOI et le vôtre est différent du mien. Ils sont tous uniques (même s’ils se ressemblent tous) parce que votre petit copain est le fruit de votre éducation, milieu familial, social et culturel.

Pour vous en sortir, il vous sera nécessaire de développer votre auto-estime (encore elle) et la confiance en vous (encore aussi) pour vous faire une idée par vous-même de ce que vous devez faire ou dire 

« il est simplement question, pour vous, pour moi de prendre et tenir sa juste place dans le monde, sans se cacher perpétuellement derrière les idées des autres, les exigences d’une famille, les principes d’un clan » dit Saverio Tomasella dans son excellent livre « IL FAUT, LE SURMOI, JE DOIS aux Ed. Eyrolles »

 LES EXIGENCES DU SURMOI PROVOQUENT, REBELLION, CULPABILITÉ et PROCRASTINATION

 

COMMENT QUITTER LE PAYS DES « TUDOIS et ILFAUTQUE » ?

D’abord vous rendre compte que vous prononcez ces mots (c’est déjà la moitié du chemin)

et je pourrais maintenant vous dire « réfléchissez quand vous les prononcez et pourquoi » mais ça ne ferait pas tellement avancer le schmilblick car l’important c’est …

DE RENDRE VOTRE PASSEPORT DE CE FICHU PAYS et non pas de vous rappeler d’ou viennent ces injonctions car savoir si c’est maman, papa ou sœur Juliette (dans mon cas) ne vous aidera pas à surmonter le problème

Le chemin vers la liberté

stop

Donc, dès que vous vous attrapez à vous donner des injonctions stoppez tout IMMEDIATEMENT et posez-vous la/les question/s suivante :

Qui a dit ça ?

Qu’est-ce qui se passera si je ne le fais pas ? Qu’est-ce que je risque ?

Est-ce que c’est une contrainte ou un plaisir si je fais ça ?

Est-ce que je suis motivé/e pour faire ça ou pas ? Est-ce que j’ai VRAIMENT ENVIE de faire ça ?

Et tout de suite après

 

REFORMULEZ VOTRE PHRASE : ES-SEN-TIEL 

Exemples

Il faut que j’emmène les enfants à l’école

Question : Si je ne les emmène pas, qu’est-ce qui va se passer ?

Réponse : Je ne peux pas faire autrement, mon mari ne peut pas y aller aujourd’hui

Reformulation : C’est mon tour aujourd’hui d’emmener les enfants à l’école

 

Je dois passer à la banque

Question : Qui a dit cela ?

Réponse : Personne mais c’est moi qui ai pris RV avec Mme X.

Reformulation : Je vais passer à la banque aujourd’hui, j’avais oublié mon RV

 

Il faut que je téléphone à Manuela

Question : Qu’est-ce qui se passera si je ne le fais pas ?

Réponse : Rien de grave si ce n’est que ma vieille amie sera triste de ne pas avoir de mes nouvelles

Reformulation : Je vais appeler Manuela ce soir, ça fait longtemps qu’elle n’a pas eu de mes nouvelles

 

Il faut encore que je reste au boulot ce soir

Question : Qu’est-ce qui arrivera si je dis à mon patron que je ne peux pas ?

Réponse : Il ne sera peut-être pas content

Question : Et qu’est-ce qui peut arriver s’il n’est pas content ?
Réponse : Il peut m’obliger à rester

Question : Et si je refuse, qu’est-ce qu’il va dire ?

Réponse : il ne peut ni m’obliger ni me mettre à la porte mais je sais que le travail doit être prêt pour demain

Question : et si tu avais été malade, ou si tu t’étais cassé un bras/une jambe qu’est ce que ça ferait ?

Réponse : il prendrait quelqu’un d’autre

Reformulation : je sais que le travail est urgent je vais lui proposer de venir plus tôt demain matin

 

Je fois aller déjeuner chez mes parents tous les dimanches (cas vécu par Jung pendant des années)

Question : et si tu n’y vas pas, qu’est-ce que tu risques

Réponse : Rien de grave mais ils ne seront pas contents

Question : as-tu envie (ça te fait plaisir) d’y aller ?

Réponse : oui, de temps en temps ça me fait plaisir mais pas tous les dimanches

Reformulation : Bon, je vais dire à maman que j’irai maintenant quand je pourrai

 

Vous avez pu vous rendre compte dans ces exemples que vous vous ORDONNEZ faire des choses qui ne vous plaisent pas, que vous ferez à contre-coeur et qui dits en quelques mots

VOUS ENQUIQUINENT, VOUS FRUSTRENT, VOUS STRESSENT, VOUS CULPABILISENT, VOUS DONNENT ENVIE DE RUER DANS LES BRANCARDS ,

et rassurez-vous, je « m’attrape » parfois en flagrant délit de « JE DOIS, IL FAUT QUE », mais je me soigne

Vous avez pu vous rendre compte aussi que dans tous les cas de figure proposés, une bonne estime de soi est essentielle car sans elle vous n’avancez pas, vous manquez d’affirmation, vous vous cachez derrière le masque de votre surmoi et surtout vous ne vous rendez pas la vie très facile

Alors ne pensez-vous pas qu’il est temps de rendre votre passeport ?

 

exercicesMaintenant c’est à vous :

Prenez la résolution d’entendre votre dialogue intérieur » pendant une journée et dès que votre petit copain intervient,  posez-vous les questions magiques et vous recommencez le lendemain et surtout faites l’exercice des bravos

 

Kesako l’exercice des BRAVOS

Bravo, bravo

Bravo, bravo

Tous les soirs avant de vous endormir prenez quelques minutes (ô combien bénéfiques) pour vous applaudir, vous féliciter pour tout ce que vous avez fait dans la journée

Comment ?

Exemple

« Jung je te félicite tu as fait une machine à laver, tu as écrit à B. et téléphoné à S. bravo, tu as fini ton article, bravo, tu as sorti la poubelle bravo, tu es allée marcher bravo, tu as fait les courses, bravo, tu as téléphoné à C. bravo, tu t ‘es lavé la tête bravo, tu as trié tous tes papiers bravo, etc… »

Plus vous en trouverez mieux c’est,  mais au minimum 10 est un bon début

Vous aurez remarqué que l’important n’est pas de vous féliciter pour ce que vous avez fait de grandiose mais pour toutes ces petites choses qui ont constituées votre journée.

C’est un exercice qui pratiqué TOUS LES JOURS vous donnera une pêche incroyable et surtout fera travailler votre inconscient pendant toute la nuit SUR DES CHOSES PO-SI-TI-VES

La semaine prochaine une interview d’une spécialiste de la gestion du stress

« En finir avec le stress avec Mister-no-stress »

Sur mon autre blog un exercice de créativité vraiment original

« Créez votre propre matériel pour les exercices d’intuition »

 

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur « j’aime » et retrouvez-moi sur Facebook !

[likebox]
26 commentaires
  1. Bonjour Sylviane,
    Excellent ! Je t’entends parler en lisant ton article et comme toujours, ça regorge de moyens pour changer les choses…
    Les il faut je dois me rappellent deux concepts très semblables qu’on étudiait aussi en psychologie : les « yakas-faucons ». Il n’y a qu’à faire ceci ou il faut qu’on fasse ça… Ch… Terriblement ! Parce que ce n’est pas l’obligation qui crée la motivation… Enfin, pas ce genre de motivation.
    Merci et à bientôt !

  2. Bonjour Sylviane,
    Nous, nous ne connaissons pas, mais je suis une fidèle lectrice de ton blog et j’écoute beaucoup d’interviews que tu fais. Et je rejoins Bernadette sur ce point : à chaque fois que je lis tes articles, c’est en quelque sorte comme t’entendre parler. Moi aussi je faisais partie des « il faut, je devrais, je dois », et c’est uniquement lorsque j’ai fait une prise de conscience sur cette problématique que j’ai pu m’en libérer. Oh bien sûr j’en utilise encore, mais comme tu le dis, je me soigne. Et merci pour ce nouvel exercice des bravos : j’essaye dès ce soir !!!!
    A bientôt,
    Anne

  3. Bravo Sylviane,

    J’aime beaucoup votre article. Je pourrais, si vous en êtes d’accord, le relayer dans notre newsletter que vous trouverez sur notre site
    http://www.stressexperts.eu
    Au plaisir de vous rencontrer, vous lire ou vous entendre.
    Patrick Visier

  4. Bonjour Sylviane,

    Excellent ! Il y a quelques temps je me suis aperçue que d’indésirables invités remplissaient mes cahiers et j’ai compris qu’ils m’empêchaient de vive. Pas facile de les déloger, incrusté comme pas possible.
    Allez oust, dehors et plus vite que ça !

    Mince, il faut que…je finisse mon article, alors…Quoi le revoilà ? Mais non, je l’ai chassé, ah oui, un article à finir…Et après ? Monsieur Surmoi me dit que je fais de mon mieux et que je suis géniale, bravo pour l’énergie que je déploie et les tâches que j’ai accomplie ce jour.

    Bravo pour avoir réécouter ma séance avec toi.
    Bravo pour les idées que j’ai trouvée.
    Bravo pour avoir travaillée après mon saboteur.
    Bravo pour la séance de relaxation que je me suis accordée.
    Bravo pour avoir résolu un problème avec Google Analytic.
    Bravo pour le temps que je me suis accordée pour visionner un film.
    Bravo pour ma réactivité professionnelle.
    Bravo pour mon bon petit plat de ce midi.
    Bravo pour la grâce matinée que je me suis accordée.

    Bon je crois que j’ai compris ?

    Un plaisir de venir par chez toi, merci Sylviane et à bientôt 😉

  5. Bonjour Sylviane,

    bravo pour cet article sympa et intéressant !

    Je connais l’importance du discours intérieur et il faut faire très attention aux mots que nous choisissons pour nous parler.

    Personnellement, j’utilise beaucoup les affirmations positives.
    Je pratique aussi l’exercice des bravos mais à l’écrit dans un « happy book » dans lequel je relate au moins 3 choses positives de chaque journée.
    Bonne journée,
    Caroline

  6. Poser des questions et reformuler est une excellente stratégie (dans tous les cas d’ailleurs)
    J’avais un sacré surmoi, moi, avant 😉 Heureusement qu’on apprend avec le temps!

    Je ne le connaissais pas sous cette forme de bravo mais j’ai longtemps tenu un journal similaire axé sur ces « bravo » + gratitude. J’inclus aujourd’hui la gratitude dans mes visualisations. C’est un style de vie finalement 🙂

    Merci Sylviane ♥

  7. Moi aussi je préppare un article sur ces 2 tribus les yakas et les yakapas

  8. Quelle belle idée Sylviane, ces 2 tribus sont intéressantes en tout point de vue, j’ai hâte de découvrir ce futur chef d’œuvre.

    Hélène

    PS : tiens je découvre une nouveauté ci-dessous…

  9. Un excellente pratique pour tous Sylviane 🙂 (ps: pas évident à déchiffrer ces captchas)

  10. Super l’idée des bravos. Je m’y mets dès ce soir.
    Au dîner, je demande souvent aux enfants de me dire leurs + et leurs – de la journée. Je vais leur proposer cette idée des bravos, ça devrait leur plaire.
    J’essaie d’éviter les « tu dois », « il faut que », au profit des « j’aimerais que », « ça serait bien que »… mais certains matins pressés, le « il faut que » et le « tu dois » reprennent le dessus !!! Lol !
    A bientôt.
    B.

  11. Excuse moi Sylviane,

    Je m’installe chez toi…
    Peux pas m’empêcher de réagir…

    Oui, c’est une bonne idée Brigitte, génial pour les enfants, très bonne idée !

    Je te rends l’antenne Sylviane,

    Hélène

  12. Bonjour Sylviane,Mon commentaire rejoint un peu celui de Bernadette lorsqu\’elle parle de faucons. Une fille que je connais disait qu\’elle faisait ses Ã�«fauconsÃ�» tel ou tel jour.Maintenant, je dis, Ã�«je choisisÃ�» le plus souvent possible ou je fais tout simplement l\’action sans mettre de Ã�«fauconÃ�». L\’expression Ã�«je doisÃ�» n\’est tellement utilisÃ�©e au QuÃ�©bec. C\’est plus une question de langue et non parce qu\’on n\’a pas d\’obligations… Oh que oui, nous en avons des obligations, comme tout le monde!Par exemple:Je vais aller au guichet automatique cet aprÃ�¨s-midi.Je choisis de faire le lavage (lessive) ce matin au lieu de cet aprÃ�¨s-midi.C\’est un peu comme lorsque je suis devant de la marchandise que je n\’achÃ�¨te pas et que je me dis : Ã�§a ne me tente pas de payer ce prix-lÃ� ! Ce n\’est jamais Ã�«trop cherÃ�». Je n\’ai juste pas le goÃ�»t de payer tel ou tel prix, ou parce que j\’estime que Ã�§a ne vaut pas le prix demandÃ�©! C\’est moi qui ai le pouvoir et non la marchandise ou le vendeur.Amicalement,Sco!P.S. Le captcha vient tout foutre en l’air

  13. Bonjour Sylviane,

    Ha c’est bien vrai que ces « il faut que je » nous cause bien du tort.
    En revanche, c’est aussi un moyen de s’autodiscipliner. Si on est prêt à faire des choses qui nous plaisent moins pour avancer de façon plus sûre vers ce que l’on veut, alors les « je dois » sont obligatoires. C’est aussi une question d’état d’esprit mais l’essentiel est d’avoir un bon équilibre et de ressentir le bien fondé de tout ce que l’on fait.

    Bien amicalement,

    Dorian

  14. […] Quand vous vous dites IL FAUT, vous mettez tout de suite vos sens en alerte et envoyez le message que si VOUS NE FAITES PAS ce qu’il faut faire, il va y avoir des conséquences pas très agréables pour votre matricule. (allez lire l’article que j’ai sorti il y a quelque temps déjà sur le même sujet J’EN AI MARRE DES IL FAUT) […]

  15. […] VOUS AVEZ LE CHOIX  DE CONTINUER DANS CE CERCLE INFERNAL OU PAS (Lisez l’article que j’ai déjà publié sur ce même sujet, j’en ai marre des il faut et je dois) […]

  16. […] VOUS AVEZ LE CHOIX  DE CONTINUER DANS CE CERCLE INFERNAL OU PAS (Lisez l’article que j’ai déjà publié sur ce même sujet, j’en ai marre des il faut et je dois) […]

Laisser un commentaire

RGPD - J'ai lu et j'accepte les informations relatives à l'utilisation et à la protection de mes données personnelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.