*STRESS* Persévérer et même s'obstiner ou lâcher prise ?

Lorsque nous somme lancés sur un projet qui nous tient vraiment à cœur, nous sommes motivés et faisons preuve de détermination et de persévérance. Nous lançons toutes nos forces dans la réalisation de notre objectif. Mais parfois, obstacles, retards, oppositions diverses  se mettent en travers de notre route. Mais nous trouvons les moyens de les contourner. Rien ne semble pouvoir nous arrêter. Nous continuons souvent jusqu’à l’épuisement, incrédules devant l’échec qui semble se profiler à l’horizon. Alors quand persévérer et quand lâcher prise ?

S’OBSTINER OU LÂCHER-PRISE

Cet article est paru sur le blog d’un confrère en 2011 (OPÉRATION SUCCÈS) et n’est malheureusement plus disponible sur le site aujourd’hui. Exceptionnellement, ce sujet sera traité sur mes deux blogs le premier ici du point de vue psychologique et sur le second LES CHEMINS DE L’INTUITION sous l’angle spirituel et intuitif.

LÂCHER PRISE versus OBSTINATION ?

Tout les coachs vous disent de continuer, de ne pas abandonner, d’y aller, de persister, de ne pas céder à la procrastination (le mot est à la mode) de vous acharner, d’insister, d’être tenace, opiniâtre, bref surtout de ne pas lâcher prise.

Alors qui croire ? Que faire ? Quand faut-il arrêter de se remettre en question et quand faut-il simplement lâcher prise ?

Les sujets que je vais aborder ne seront que survolés.  On pourrait écrire sur ce thème pendant des heures et des heures et même après cela il y aurait encore des tas de choses à dire.

s’obstiner ou lâcher prise ?

LÂCHER PRISE EN AMOUR :

C’est dans le domaine sentimental que l’on se rend le mieux compte qu’il faut lâcher prise.  (je ne dis pas que ce sera facile pour vous seulement que c’est sur ce terrain que cela apparaîtra le plus nettement) .

En effet, il existe quelques signes annonciateurs de possible rupture quels que soient votre pays, votre culture ou votre couleur de peau :

  • Si votre partenaire ne vous téléphone plus que par intermittence …
  • si vous sentez « intimement » que quelque chose ne va pas ou n’est plus comme avant …
  • si la personne n’est plus aussi présente, plus aussi intéressée qu’auparavant …
  • si les absences se multiplient …
  • si vous devez FORCER pour avoir des explications, des signes d’intérêt ou des rendez-vous…

Pourtant

  • vous avez fait des efforts pour que la communication et l’harmonie règnent dans le couple et que tout continue bancal …
  • si vous vous êtes creusé la cervelle pour voir ce qui ne va plus/pas …
  • si vous vous FORCEZ pour que tout aille bien … en vain
  • probablement que votre obstination ne mènera plus à rien. La décision vous appartient bien sûr dans un sens comme dans l’autre mais lâcher prise est l’unique solution pour arrêter de stresser et de vous rendre malade

“L’art de vivre consiste en un subtil mélange entre lâcher prise et tenir bon” – Henri Lewis

S’OBSTINER OU LÂCHER PRISE AU TRAVAIL ou POUR TOUT AUTRE PROJET

Edison aurait fait plus de 1500 tentatives pour arriver à finaliser sa LAMPE alors on peut se demander ce qui l’a poussé à recommencer et recommencer sans arrêt sans jamais se décourager.

Pourquoi n’a-t-il pas lâché prise ? Comment et pourquoi s’est-il obstiné ?

Tous ceux qui l’ont connu disent qu’il était « habité » par ce projet, il le sentait, y croyait dur comme fer et avait déjà inventé d’autres choses, pour lui il ne s’agissait pas de FORCER, non il pensait juste

e que les tentatives n’étaient que des façons d’améliorer sa lampe. Il n’était pas dans le contrôle mais plutôt dans la passion d’arriver à trouver la solution.

s’obstiner ou lâcher prise ?

Vous avez sûrement connu des personnes qui s’obstinent dans un projet qu’ils refont à l’envie des centaines de fois sur les mêmes bases c’est-a-dire en faisant toujours et toujours les mêmes erreurs sans chercher à changer de perspective et en S’EF-FOR-ÇANT de prouver combien ils ont raison.

Lâcher prise pour eux serait reconnaître qu’ils sont des ratés, des bons à rien et que ce sont ceux qui lâchent prise qui sont dans l’erreur. Ils sont dans le contrôle total incapable de voir que les erreurs pourraient probablement être transformés en expériences positives.

ALORS, S’OBSTINER OU LÂCHER PRISE ?

Avec les années, je me suis rendue compte qu’il m’était de plus en plus facile de lâcher prise. Aussi bien pour les petites choses que pour les grandes. Et je suis arrivée à quelques conclusions. Vous ne serez peut-être pas d’accord mais elles m’apportent paix et harmonie dans ma vie :

Pour savoir si je dois lâcher prise ou persister voilà mes signaux :

Si je « renâcle » devant un projet (dans n’importe quel domaine) c’est parce :

  • qu’il ne me passionne pas, il ne me motive pas et JE FORCE
  • que les difficultés au lieu de me motiver (les défis me passionnent), me fichent le moral en l’air et font revenir dare-dare mon SABOTEUR, malgré tout JE FORCE
  • que je n’écoute pas mes besoins. Je ne me respecte pas, suis fatiguée. Et JE FORCE quand même …
  • que j’ai du mal à accepter que ça ne se passe pas comme je le voudrais alors JE FORCE
  • que les « IL FAUT et JE DOIS » envahissent mon vocabulaire mais malgré tout JE FORCE
  • que je n’arrive pas à laisser tomber alors JE FORCE:
  • que j’ai peur d’être jugé comme quelqu’un qui abandonne en route

Mais si au contraire :

  • je suis motivée et passionnée par ce que je fais et que les choses ne coulent pas malgré tous mes efforts pour redresser la barre, c’est que le projet n’est pas juste pour moi, JE LÂCHE PRISE
  • je sens intimement et intuitivement que le projet ne me convient pas, JE LÂCHE PRISE
    je me rends compte que je suis en train de FORCER, halte là ! JE LÂCHE PRISE
    je me sens fatiguée et mal à l’aise à chaque fois que je pense « IL FAUT, TU DOIS » ma petite Jung ! JE LÂCHE PRISE
  • malgré mes efforts de compréhension des problèmes et des remises en question, une relation continue bancale JE LÂCHE PRISE

   Lâcher-prise versus prise de tête

FORÇAGE = TENSION

Quand on force, les tensions sont de plus en plus fortes (avec le stress en prime bien sûr).  Les maux de tête, migraines, mal d’estomac arrivent souvent au grand galop. Et souvent votre corps vous oblige à LÂCHER PRISE, DE FORCE (quel jeu de mots !)

« quand les choses « coulent, sont fluides » alors je sais que c’est bon pour moi »

Croyez-moi si vous vous reliez intimement à vos sensations quand vous vivez un moment difficile ou vous traversez des situations pénibles vous saurez quand il juste pour vous de continuer dans votre projet ou de lâcher prise et vous vous sentirez alors en harmonie avec vos décisions.

 

Exercice : Faites un retour sur votre vie et trouvez au moins trois situations où vous n’avez pas réussi à lâcher prise malgré les signes que vous receviez. Quelles conséquences négatives ou problématiques avez-vous vécues pour vous être obstiné ?

 

Je développe aussi dans la vidéo d’autres points pour s’assurer que nous sommes dans la persévérance et non dans l’obstination. Vous découvrirez ainsi une façon simple et à la portée de tous pour  faire la différence entre les deux.

 

Vous pouvez aussi aller sur mon blog les chemins de l’intuition pour visionner et lire l’article sur le même sujet :

Persévérer, s’obstiner ou lâcher prise : l’intuition répond

Excellentes fêtes de fin d’année et encore un article fin décembre

Crédit photo MannyvonKannen Pixapay

4 commentaires
  1. […] même sujet sur mes deux blogs. Vous trouverez donc sur SOS-STRESS.COM un article complémentaire  traitant du lâcher prise et de la persévérance   au plan […]

  2. je me méfie de intuition, qui n’est souvent que le « reflet » de son envie.
    quand il s’agit de 2 » choses » on a une chance sur 2 de voir son intuition réalisée en plus je pense que désir peut influencer, ds certains cas, favorablement, ce qui augmente les probabilité de réalisation de son intuition

Laisser un commentaire

RGPD - J'ai lu et j'accepte les informations relatives à l'utilisation et à la protection de mes données personnelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.