*STRESS* Jetez votre stress aux orties

Yvon Cavelier du blog COPYWRITING PRATIQUE organise un événement inter-blogueurs auquel je participe et  chaque participant doit donner les 5 meilleurs tuyaux en rapport avec le sujet de son blog. Pour moi, ce sera donc des tuyaux antistress.

J’ÉTAIS UNE « PRO » DU STRESS

Si j’ai créé ce blog sur le stress, ce n’est pas par hasard. Il y a quelques années stressée du matin au soir, irascible, cocotte minute émotionnelle je suis passée par tous les stades du stress et j’ai même réussi à stresser mes enfants. On peut dire que j’ai acquis une certaine compétence en la matière. Grâce à une psychanalyse et de nombreux stages et formations de développement personnel j’ai réussi à trouver un équilibre et surtout à surmonter mon stress.

 

SI LE STRESS POINTE SON NEZ

Aujourd’hui pour retrouver mon calme j’utilise cinq tuyaux qui fonctionnent très bien pour moi et pour mes clients ou amis.

SIMPLES ET FACILES À METTRE EN PRATIQUE  et à utiliser en ordre ou dans le désordre,  sans modération

PREMIER TUYAU : ARRÊTEZ DE RUMINER GRÂCE À 

UNE PHRASE qui est en même temps une philosophe de vie

 «Si votre problème n’a pas de solution pourquoi se stresser et s’il  en a pourquoi vous préoccuper ?

S. S. le Dalaï-Lama

  • «Non mais,  il est gentil le Dalaï-Lama mais il ne connaît pas mes problèmes qui sont terribles, comment peut-il dire de ne pas me préoccuper alors que les impôts me demandent une somme exorbitante . Je n’ai pas cet argent, j’ai toujours payé scrupuleusement mes impôts , je ne comprends pas, c’est totalement fou, je vais me retrouver sans maison, sans rien, alors vous êtes gentille, si avec ça vous ne croyez pas que j’ai des raisons de stresser ?

Bon, alors voyons ton problème : a-t-il une solution OUI ou NON ? 

  • Non, mais franchement, tu ne te rends pas compte, je reçois jusqu’à 5 lettres recommandées/jour, je n’en peux plus.

Je répète : «as-tu réfléchi à la question, y aurait-il ou non des solutions ?

  • Non, je suis trop stressée, j’ai peur de finir SDF

Alors, il n’y a pas de solution ? 

  • Non, je n’ai pas dit ça, seulement je suis TROP STRESSÉE JE N’ARRIVE À RIEN

Donc, si j’ai bien compris, tu as un problème mais avant de savoir s’il y a une solutiontu t’es déjà rendue malade de stress, tu ne dors plus, tu ne parle plus que de ça, alors que tu n’as même pas pris une seule minute pour voir si ce problème avait une solution 

Oui, mais tu ne te rends pas compte et si …

Et nous allons maintenant écouter sur RADIO CATASTROPHE, le tube planétaire en faveur du STRESS qui s’est déjà vendu à des millions et des millions d’exemplaires 

la ballade du stress

 «la ballade des et si … et si …»

Et si je dois payer cette somme …  et si je me retrouve à la rue …  et si … et si …

Si vous n’avez pas de réponse claire à la question de savoir s’il existe ou non une solution à ce qui vous préoccupe , passez au point n°2,  faites l’exercice et revenez au point 1

 

DEUXIÈME TUYAU :   ENVISAGEZ LE PIRE 

car le pire arrive rarement (comment pouvez-vous dire une chose pareille ?)

Eh bien je le dis parce qu’une fois que vous avez envisagé le pire PLUS BESOIN DE STRESSER, que voulez-vous qu’il vous arrive de pire puisque vous avez déjà envisagé la pire éventualité. Vous avouerez que c’est plutôt inattendu comme antidote au stress mais je vous garantis que ça marche VRAIMENT et je vais vous raconter une histoire

Donner des conférences n’a jamais été ma tasse de thé mais il fallait passer en par là pour me faire connaître dans les différents pays où j’animais des séminaires. Donc, me voilà partie au Portugal en train de présenter mon travail. Salle archi comble.  Mon fils filmait l’épisode et moi j’avais un trac pas possible.

  • Je fredonnais «la ballade des et si… et si …»   en boucle dans ma tête … 
  • Et si je dis des bêtises, et si j’ai un trou de mémoire, et si les gens n’aiment pas, et si c’est un fiasco… 

Et là je commence l’exercice que vous trouverez en n°3 pour envisager le pire du pire : l’exercice de l’alter ego

Bon,  si c’est un fiasco, qu’est-ce que c’est pour toi  LE PIRE DU PIRE DE FIASCO ?

  • Eh bien, je n’animerais pas de séminaires à cet endroit-là …et c’est une déception il y a beaucoup de gens qui pourraient être intéressés,  et puis les gens vont dire que je ne suis pas à la hauteur … les gens vont parler, critiquer et je n’aime pas ça … je vais me sentir jugée,  je vais être vexée , oui je vais être vexée devant mes enfants, mes amis, 

Oui et alors ? Bien tu vas être vexée mais est-ce une question de vie ou de mort ?

  • Non, c’est juste mon orgueil qui en prendra un coup, si les gens n’aiment pas et bien TANT PIS. J’ai beaucoup de succès en Belgique donc NO STRESS, c’est même mieux en Belgique vu que c’est bien plus près de Paris que de venir à Lisbonne.  

Là, j’ai ressenti un immense soulagement, finalement ce n’était pas la peine de me mettre la pression comme si ma vie dépendait de cette conférence et vous savez quoi , je suis arrivée devant ces 300 personnes et je leur ai dit :  « je suis mort(e) de frousse, vraiment j’ai peur de bégayer, de dire des bêtises, je transpire,  j’aimerais bien être ailleurs » la salle s’est mise à applaudir parce que tous ont senti que je parlais avec mon coeur

 Donc, deuxième point allez jusqu’au bout de toutes vos peurs, ne vous racontez pas d’histoires et VERBALISEZ ce qui vous angoisse une fois que vous avez envisagé le PIRE du PIRE, il n’y a  plus aucune raison de s’angoisser n’est-ce pas ?

 

TROISIÈME TUYAU : HABITUEZ-VOUS À PARLER AVEC VOTRE «MOI STRESSÉ»

Vous avez lu dans les exemples précédents un dialogue entre deux personnes, la première exposant son problème et l’autre demandant des explications sur le problème. Eh bien ceci est une technique inspirée de la PNL ou de l’Hypnose qui s’appelle «dialogue avec les parties». KESAKO ?

C’est une technique simple qui permet d’aller chercher la raison ou les raisons de l’inquiétude, du stress, de la douleur de la personne hypnotisée ou en consultation. C’est la propre personne qui, petit à petit, va trouver les raisons et les solutions à ses préoccupations et j’ai donc adapté cet exercice ici pour le stress mais ça fonctionne pour tout ce qui, en général,  vous pose problème. Vous aller verbaliser trac et angoisse

Méthode que j’ai baptisée «EXERCICE  AVEC MON ALTER EGO

»  Comment faire ?

Je conseille toujours de choisir votre nom et un de vos prénoms,  ou deux de vos prénoms. Puis déterminez celui qui représentera la partie fixe (le pilier en quelque sorte) et celui auquel vous vous adresserez quand vous aurez besoin de parler avec la partie stressée, en larmes, peureuse, malade, etc.

Par exemple pour moi, c’est Sylviane (celle qui pose les questions) et JUNG mon alter ego du moment, moment qui peut être de colère, de stress, de douleur, etc mais c’est toujours JUNG.

Vous remarquerez dans les tuyaux précédents qu’il y avait Sylviane qui posait des questions  à JUNG

JUNG– Et si je dis des bêtises, et si j’ai un trou de mémoire, et si les gens n’aiment pas, et si c’est un fiasco… 

Sylviane – Bon,  si c’est un fiasco, qu’est-ce que c’est pour toi  LE PIRE DU PIRE DE FIASCO ?

JUNG – Eh bien, je n’animerais pas de séminaires à cet endroit-là …et c’est une déception …

Donc, troisième point dès que quelque chose ne tourne pas rond ou vous titille allez parler à votre ALTER EGO en souffrance. Là encore c’est une technique qui a fait ses preuves

QUATRIÈME TUYAU : TROUVEZ-VOUS UNE HOBBY, QUELQUE CHOSE QUI VOUS PASSIONNE

Rappelez-vous cette sensation merveilleuse lorsque vous êtes amoureux ou lorsque le film ou le livre est tellement passionnant que vous oubliez tout ce qui se passe autour de vous. Et bien quand vous avez un hobby qui vous passionne ça a deux avantages :

  •  C’est que cela vous permet de décompresser car après une heure (ou plus) passée à assouvir votre passion, personne, je dis bien personne n’est plus stressé . C’EST IMPOSSIBLE 
  • Ensuite, lorsque vous avez des tâches un peu barbantes à effectuer, des tâches que vous auriez plutôt envie de ne pas faire mais QUE VOUS DEVEZ FAIRE vous pouvez vous donner de petites récompenses. «Quand j’aurai fini de repasser le linge, je ferai une heure (ou plus,  ou moins) d’aquarelle, de graphologie, etc». 

Du coup, vous vous automotivez pour avoir votre petite récompense et la tâche sera effectuée plus vite et sans stress. Si vous aimiez la peinture ou le dessin quand vous étiez petit (ou plus grand) eh bien,  c’est le moment de vous y remettre. Vous pensez devenir accroc au piano, à la guitare, à l’astrologie au tarot , allez-y ;

oui mais … pas le temps (on va voir ça) , pas d’argent (plein de cours gratuits sur internet) , trop de soucis on va voir ça plus bas)

Alors là je vais dire une chose,  le temps que vous passez à chanter « la ballade des et si.., et si « et à « vous mettre la rate au court bouillon « en vous stressant comme des malades, représentent des heures et des heures PERDUES que vous pourriez employer en assouvissant votre passion

CINQUIÈME TUYAU : CHOISISSEZ D’ÊTRE HEUREUX

«Il y a plus de volonté qu’on ne le croit dans le bonheur – Alain»

Après avoir appliqué les quatre premiers tuyaux, il est temps maintenant de JETEZ DÉFINITIVEMENT LE STRESS AUX ORTIES et de prendre la direction BIEN-ÊTRE 

et pour y arriver voici QUELQUES BONS PLANS :

  1. RIEZ, regardez des films drôles, écoutez des humoristes ou des imitateurs ou tout ce qui peut vous faire rire, lisez des BD, apprenez des blagues, soyez léger et RIEZ  (Norman COUSINS, un américain condamné par la médecine s’est guéri d’une maladie extrêmement grave en regardant des films drôles pendant six mois)
  •   Donnez-vous le droit de faire des trucs parfaitement inutiles ou superficiels  (Lisez des revues people, faites des bulles de savon,  montez les escaliers à l’envers, des trucs idiots mais détente assurée)
  •  PRENEZ DU BON TEMPS, SOYEZ GÉNÉREUX AVEC VOUS-MÊME  (lisez le polar ou le roman que vous avez tellement envie de lire depuis des mois, gardez-vous une heure par jour ou une journée/semaine pour ne faire que ce que vous voulez, lâcher-prise et FAITES-VOUS PLAISIR)
  • POSEZ-VOUS LA QUESTION : «QU’EN SERA-T-IL DE CE PROBLÈME DANS UN AN ?» (Croyez-moi la réponse est plus qu’évidente dans 85% des cas et dans les 15% qui restent parce qu’il s’agit de maladie mobilisez vos forces pour la guérison et non pour l’angoisse)
  • SOYEZ GÉNÉREUX AVEC LES AUTRES, DONNEZ, DONNEZ, DONNEZ  (Plus vous donnerez plus vous recevrez, un sourire au monsieur grincheux du RER, un petit bonjour à la grand-mère du premier, un coup de téléphone à Tante Adèle…) 
  • FAITES DU BÉNÉVOLAT (pendant que vous vous occupez des autres vous n’avez pas le temps de vous occuper de votre stress car en voyant des cancéreux, des vieillards dans les mouroirs ou des enfants malades, croyez-moi on relativise )
  • REMERCIEZ L’UNIVERS, L’ÉNERGIE COSMIQUE OU LE GRAND ORDINATEUR CÉLESTE DE CE QUE VOUS ÊTES/AVEZ/FAITES  (tous les soirs avant de vous endormir, exprimez votre gratitude d’avoir un toit, une bonne santé, suffisamment à manger, deux bras, deux jambes et pouvoir marcher etc.) 

 

Et pour terminer, je ne résiste pas au plaisir de vous livrer cette phrase entendue il y a des lustres et qui, dans les moments de doutes, stress ou questionnement, m’a toujours remonté le moral

« ON N’EST JAMAIS À L’ABRI D’UN COUP DE CHANCE »

 

 

 

59 commentaires
  1. Coucou Sylviane,

    Super ton article. J’aime bien la citation du Dalaï Lama : «Si votre problème n’a pas de solution pourquoi se stresser et s’il en a pourquoi vous préoccuper ?» Quand on prend le temps de s’y arrêter, c’est d’une évidence frappante… Les autres citations sont tout aussi percutantes…

    Faire le choix d’être heureux: c’est plein de gros bon sens et c’est effectivement un choix! Je le fais de plus en plus, mais il me reste du chemin à parcourir.

    Je te dirais aussi que je commence à me dire, quand ça ne va pas comme je voudrais et que je m’énerve : est-ce que ceci aura encore autant d’importance non pas dans un an, mais demain, dans cinq jours, dans une semaine? Souvent la réponse est non.

    Ne devrait-il pas y avoir un système de pointage pour donner notre note à ton article? J’ai vu cela sur le blog d’une autre participante.

    Au plaisir,

    Sco! 🙂

  2. Bonjour Sylviane,

    Merci pour ton excellent article et les bons conseils que tu y prodigues c’est à dire finalement ne pas se laisser gagner par l’angoisse, envisager toutes les possibilités, puis « aller de l’avant » et mettre de l’énergie là où ça peut être utile (et pas dans les jérémiades qui ne servent pas).

    Dans cet esprit là, je crois que je t’avais donné cette citation d’un vieux et vénéré maître zen japonais, Roshi Sama Harada Tangen:

    « Peu importe la situation dans laquelle tu te trouves, tu peux être toujours prêt(e) à l’affronter en te faisant tout simplement un(e) avec ce que tu vis en cet instant précis »

    … c’est à dire qu’il faut vivre ici et maintenant, pleinement chaque seconde !

    Et puis aussi se faire plaisir, donner aux autres …

    Merci encore !!!

  3. Merci Philippe pour ton commentaire et l’adage de ce sage japonais que je ne connaissais pas (tu ne me l’as pas donné) mais je vais le mettre sur mes tablettes.

    Je rencontre des tas de gens stressés qui ne parlent que de crise, stress et recrise et restress alors que s’ils passaient un peu de temps à s’occuper de gens malades ou seuls ils penseraient moins à leur angoisse.

    Tu sais comme moi que beaucoup de stress pourrait être évité mais c’est le mal du siècle alors tout le monde s’engouffre dans le tunnel sans chercher une solution. C’est ce que j’ai fait pendait des décennies.

    A bientôt

  4. Je rajouterai :

    fréquentez les personnes qui vous déstressent !

    fréquentez les lieux qui vous apaisent !

    karine

  5. Et moi j’adore ta citation finale 😉
    Merci pour tes bons plans

  6. Bonsoir Sylviane,

    Bel article, bien structuré et agréable à lire.

    Les arguments sont frappés au coin du bon sens.
    Je ne peux qu’être d’accord avec l’essentiel des propos.

    Dans mon dialogue intérieur j’utilise souvent deux phrases. (Entre autres) :
    Si la solution existe, tu vas la trouver, si elle n’existe pas cherche un autre chemin.
    Si tu ne meurs pas, ça devrait aller.

    Et tu as tout à fait raison, envisager l’avenir avec confiance est un remède extra.

    Je vote et je reviendrai te relire.

    Bonne soirée

    Jean Paul

  7. Bonjour Jean Paul

    Merci pour ton commentaire et effectivement comme disait je ne sais plus qui : « il n’y a pas de problèmes que des solutions » et pour moi chaque difficulté que nous rencontrons est pour nous aider à nous dépasser et à grandir.

    Donc, tout est positif même si, quand nous sommes dans l’oeil du cyclone » il n’est pas évident de se dire que tout ce qui arrive est dans notre intérêt.

    A bientôt

  8. Bonjour Sylviane,

    Cet article est rempli de vérités dont tout le monde devrait être conscient. Il est frappant de justesse !

    Comme tu le suggères à travers tout ce que tu y écris, le stress est une souffrance qui naît du fait qu’on a l’esprit focalisé sur une angoisse irrationnelle.

    Le simple fait de prendre conscience que le réel ne se résume pas à cette angoisse permet de sortir d’un cercle vicieux de pensées négatives.

    Je pense que, plus on s’exerce à prendre distance vis-à-vis de sa propre situation, moins on risque de vivre stressé. Ce qui n’empêche pas d’être efficace.

    J’ai voté 5/5.

    A bientôt,

    Didier

  9. Bonjour Didier et merci et pour ton commentaire et pour ta note,

    Le stress m’a empoisonné l’existence (et celle de mes enfants) pendant des années et des années et je voyais toujours plus de problèmes, toujours plus de problèmes alors que j’aurais dû envisager une petite solution ne serait- ce qu’une minute.

    Non, je me suis laissée engluer, embourber dans ce marécage pendant des décennies et je ne savais même pas , je n’envisageais pas du tout qu’il puisse y avoir des solutions. Cela n’a pas été du temps perdu car tout est expérience mais après une dépression nerveuse et un nodule au poumon qui aurait pu se révéler cancéreux, je me dis aujourd’hui que j’ai eu beaucoup de chance.

    Alors oui, on n’est jamais à l’abri d’un coup de chance. C’est toujours un plaisir de t’accueillir sur mon blog

  10. Bonjour Sylviane,

    J’aime particulièrement la phrase de sagesse du Dalaï Lama «Si votre problème n’a pas de solution pourquoi se stresser et s’il en a pourquoi vous préoccuper ? » Nous devrions pouvoir raisonner ainsi plus souvent pour moins de stress.
    Et je suis tout à fait d’accord avec ton cinquième « tuyau » , nous sommes responsables de notre propre bonheur. A nous de le trouver où il se trouve : en nous !
    Merci et à bientôt
    PS: j’ai voté 😉

  11. J’aime beaucoup le dynamisme de ton article, Sylviane ! Rien n’est anodin dans les conseils que tu donnes et tu les donnes avec ce petit brin d’humour qui te caractérise.
    Pourtant, ces points qui nous semblent justes et efficaces, le sont-ils pour les personnes qui « vivent de leur stress » ? Je crois, comme toi, que le bonheur a besoin d’un peu de volonté, de goût d’y accéder, de vouloir quitter notre si confortable statut de victime…
    Voilà, c’est mon impression de ce matin. J’ai vraiment aimer le lire et tu sais, cette fois, je me suis enfin abonnée parce que je voudrais m’astreindre à renommer (grâce à toi et à ton blogue) toutes ces astuces qui nous font avancer vers le bonheur. Merci à toi pour ça, chère Sylviane !

  12. j adore la phrase du dalai lama ca te fait baisser tout de suite le stress. genial ton article je vais suivre (essayer) de suivre tes precieux conseils bon week end

  13. Bonjour Sylviane, ton article est tout simplement excellent, empreint d’une immense sagesse acquise au cours d’une bonne expérience. Quelquefois d’ailleurs je trouve qu’il est dommage, de ne point acquérir avant les bienfaits des meilleures résolutions que nous aurions mieux fait de pratiquer… plutôt !

    Merci pour ce rappel, à installer dans son Evernote !

    Je te souhaite un excellent weekend,

    Albin

  14. Bonsoir Sylviane,

    Le stress vit à l’intérieur est née avec l’homme, on ne peut non plus éliminer tous les stress de la vie quotidienne. Mais chacun de nous a sa façon de gérer son stress.
    Je suis d’accord avec toi sur le principe avant de réfléchir à la solution, on se stresse et on n’arrête pas d’imaginer le pire du pire. C’est le point le plus important qui est à l’origine du stress.
    Le choix d’être heureux, n’est pas toujours facile. Parfois les problèmes de la vie peuvent nous entrainé dans un état de stress permanant.
    La vie peut nous mettre au tapis mais c’est à nous de choisir si l’on veut ou non se relever

    Cordialement
    Abdel

  15. Bonjour Sylviane,

    Personnellement, j’ai énormément stressé avec le boulot…. Pour rien…. Je me fais des films dans ma tête….
    J’ai commencé la relaxation, la méditation…. et cela fonctionne… mais je dois persévérer…
    Si l’on prend mon blog : http://gestes-environnementaux.com. Si je n’avais pas écrit mon article de la semaine…. Je stressais….. Maintenant, j’aime écrire des articles, mais je parviens à ne plus me stresser si je n’ai pas mon article de la semaine…
    Envisager le pire…. cela fonctionne chez moi aussi
    Faire du bénévolat… mais choisir quelque chose qui plaît et oser se retirer avant que le bénévolat ne devienne une charge (c’est mon cas et je démissionne de 2 postes cette année). Il faut que cela reste un plaisir et pas une contrainte.

    Merci

  16. Bonjour Sylviane,

    Le stress … vi, moi aussi je connais bien et j’aurais pas écrit un meilleur article que celui que tu proposes pour l’évènement. J’ai voté.
    Clair, précis, il apporte des pistes précieuse à mettre en pratique facilement.
    Bonne route à toi.

  17. Bonsoir Sylviane,
    Moi j’aime beaucoup le tuyau « envisagez le pire ». J’y joue souvent et je fais aussi jouer mes clients. J’arrive régulièrement à la peur de mourir ou de finir SDF, qui n’a bien sur aucun rapport avec la situation en question. Heureusement que j’ai Tipi pour traiter les vieux attachements qui sont derrière!

  18. Bonjour Sylviane,

    Quel plaisir de te lire 🙂 Je garde ton blog en référence !

    Un petite phrase que j’aime bien dans ces cas-là :
    « Quelle importance ça aura vraiment dans 100 ans ? »

    Bien à toi,

    Marianne

  19. Bien d’accord avec Marianne :
    « quelle importance ça aura vraiment dans 100 ans ? »
    Bizzz

  20. bonjour Sylviane,
    Très bon article, je vais le faire lire à quelques personnes que je connais bien. Et c’est vraiment efficace.je note 5
    Bien cordialement. Bernadette

  21. Et bien pour moi Sylviane, c’est un 5 !
    Très pertinant et pratique, il n’est vraiment possible de se gacher la vie si l’on suit tes conseils. Mention spéciale pour le chapitre 5 : Choisissez d’être heureux (lol)

  22. Coucou Sylviane,

    Que ton article va me servir à améliorer les choses, car je suis toujours stressée, d’ailleurs mes proches m’appellent « la stressée de la vie », la moindre chose me fait stresser. Avant j’avais la cigarette qui arrivait à me calmer un peu, du moins je le croyais.
    Mais cela va faire un an que j’ai arrêté, maintenant quand je stresse je
    mange des sucreries, c’est mon dentiste qui est content 😉

    Bonne journée
    Marie-Do

  23. Bonjour Sylviane,

    La petite phrase qui m’aide souvent est de C.Castaneda « Ayant perdu l’espoir de revenir à la source universelle, l’homme cherche le réconfort dans son sentiment d’identité » or la conscience de l’universel nous comble et nous rempli de paix, et notre sentiment d’identité nous préoccupe et nous angoisse, avec tous nos jugements sur la vie et sur nous-même …

    C’est pourquoi je pratique assez régulièrement la méditation pour trouver quotidiennement quelques instants de plénitude et de bonheur dans le simple fait de vivre et de respirer !!
    Et bien sur la pratique de l’aquarelle qui me permet de m’oublier dans une passion …
    Je suis persuadé que notre réalité dépend essentiellement de notre regard, alors merci pour tes conseils pour rester chaque instant dans la confiance et l’acceptation du bonheur possible …
    J’ai voté pour ton article 🙂
    Cordialement
    Jean-Yves

  24. Merci pour ton article plein de peps! C’est rafraîchissant.
    Gérer le stress est un travail qui a mon avis ne s’arrête jamais. Surtout pour les personnes qui ont du mal naturellement à prendre de la distance.
    Alors on trouve des astuces et de temps en temps le « monstre » revient au galop.
    Avec d’autres mots que les tiens on pourrait parler de gratitude, d’amour et d’auto-dérision.
    L’humour dans le scénario catastrophe, çà aide.
    Le goût du bonheur je le trouve souvent dans des petits actes un peu « déjantés »…encore l’auto-dérision.
    Finalement pour être heureux le plus simple serait-il de ne pas se prendre au sérieux?

    Pour le vote je reviendrais après avoir lu tous les articles bien-être. D’ors e tdéjà c’est clair que je mettrai une bonne note à ton article.

  25. Bonjour Sylviane,
    En relisant ton article une interrogation m’est venue…
    est ce judicieux de nommer par ton propre nom de famille ton alter ego en difficulté? Après tout c’est encore une enfant blessé en devenir, pas une grande dame qui porte un nom de famille prestigieux!

  26. Désacord avec la remarque
    : » Quelle importance ça aura dans 100 ans  »

    Socrate m’inspire encore !
    Toutes nos pensées et gestes construisent notre Univers !

  27. Salut Sylviane,

    Lorsque tu parles de séminaires, cela me fait penser à ma toute première conférence en ligne, il y a quelques années lorsque je faisais du marketing de réseau, je m’en souviens encore comme si c’était hier.
    J’étais mort de trouille, je me posais exactement les mêmes questions que toi. Et ce jour là, pour ma première présentation mon « superviseur » devait être présent pour m’aider.
    5 minutes avant la conférence, il me prévient qu’il a un imprévu.
    Alors que dois-je faire ?
    J’ai joué la carte de l’honnêteté auprès des invités en précisant « C’est ma première conférence, pour dire vrai je suis heureux et apeuré à la fois mais je vais faire de mon mieux, mon parrain devait être là, mais il a eu un imprévu à la dernière minute… etc »

    Il y avait plus d’une vingtaine de personnes de connectées et comme par magie toutes ces personnes ont été compréhensives et m’ont soutenu par le biais du chat.
    Cette première conférence fut superbe !
    Comme quoi l’honnêteté ça paie !

    Merci Sylviane pour ces 5 tuyaux, vraiment très intéressants, à très bientôt 🙂

  28. Bonsoir Sylvianne!

    Un grand merci pour cet article que j’ai trouvé par hasard en me baladant sur Google pour calmer mon stress. J’aime beaucoup ta façon d’écrire, c’est fluide à lire et c’est sympa et honnête surtout.
    Actuellement, je suis devenue une grande stressée de l’insomnie! Ayant eu un passé insomniaque qui a presque duré un an (dont je viens d’en guérir il y a quelques mois), je stress à chaque fois que j’ai un rendez-vous à venir.
    Je stress car j’ai peur de ne pas dormir et évidemment, ce stress conduit à l’insomnie… Bref, actuellement, je raisonne mon mental, je fais de la méditation et du yoga ainsi que la pratique de l’aromathérapie et du massage ayurvédique pour me calmer.
    Votre article m’a beaucoup parlé et je vais appliquer ces conseils! J’ai bien apprécié le dialogue Sylviane et Jung, c’est ce que je fais toujours quand j’ai besoin de conseil, j’appelle ça la méditation du monde intérieur lorsqu’on se discute avec nous-même et que finalement, on trouve les réponses à l’intérieur de nous. x)
    Bref, je continue ma balade sur votre blog!

  29. […] Jetez votre stress aux orties et profitez-en pour télécharger le SABOTEUR […]

  30. […] Jeter votre stress aux orties […]

  31. […] Jetez votre stress aux orties et profitez-en pour télécharger le SABOTEUR […]

Laisser un commentaire

RGPD - J'ai lu et j'accepte les informations relatives à l'utilisation et à la protection de mes données personnelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.