*STRESS* Certains ne seront peut-être pas contents de lire cet article

Voici enfin! la suite de mon article VIVRE HEUREUX OU MOURIR FRUSTRÉ.  

Il est difficile pour certaines personnes de reconnaître qu’elles se trompent et ça,  je le sais,  pour avoir eu pendant longtemps des difficultés à admettre que j’avais tort

Alors, pour vous est-ce facile ou non de dire « J’AI TORT ? »

 

« JE PERSISTE ET SIGNE PARCE QUE J’AI RAISON »

OU

« J’AI TORT »

« Si tous ceux qui croient avoir raison n’avaient pas tort, la vérité ne serait pas loin» Pierre Dac

 

Cet article fait suite au premier volet paru et intitulé : VIVRE HEUREUX OU MOURIR FRUSTRÉ 

 

Voulez-vous vivre heureux ou mourir frustré ?

Nous passons souvent des heures à essayer de convaincre l’autre de notre bon droit, nous tentons (c’est pourquoi nous disons « tentons ») de le convaincre que NOUS AVONS RAISON.

Avoir du mal à dire les mots J’AI TORT est avant tout un problème de confiance en soi.

Quand vous avez confiance en vous, vous n’avez aucun mal à prononcer ces mots car vous savez que votre interlocuteur ne va pas

VOUS JUGER/PENSER QUE VOUS ÊTES NULS/PAS À LA HAUTEUR/PAS DIGNE DE CONFIANCE/ETC,

non,

au contraire il va apprécier que vous reconnaissiez votre erreur et même si,  à la limite, il pensait que vraiment vous n’avez pas assuré sur ce coup-là, cela vous est égal parce que votre auto-estime n’en pâtira pas.

Alors pourquoi vous stressez-vous pour rien ?

Pourquoi ferraillez-vous pour prouver que vous avez raison alors que VOUS, VOUS savez, vous sentez bien que non

Alors pourquoi vous obstinez-vous alors que ces simples mots éteindraient immédiatement l’incendie ?

Vous perdez temps et énergie qui pourraient vraiment être mieux employés .

Je me souviens d’une de mes formatrices qui nous disait : « quand on veut convaincre quelqu’un sur un sujet quelconque, c’est que la cause n’est pas bonne car les gens savent quand la cause l’est »

 

QU’EST-CE QUI EST LE PLUS IMPORTANT

« VIVRE HEUREUX OU AVOIR RAISON ?

 

À un visiteur qui se décrit comme un chercheur en quête de Vérité, le Maître déclare:  

« Si tu recherches la Vérité, tu dois posséder une qualité plus essentielle que toutes les autres.

Je sais… Une irrésistible passion pour la Vérité 

Non, La volonté d’admettre, en tout temps, que tu as peut-être tort. »

 

J'AI RAISON

J’AI RAISON VOUS COMPRENEZ J’AI RAISON, J’AI RAISON

Combien de fois avez-vous prononcé ces paroles : « j’ai tort »?  

Souvent ? Pas souvent ? Jamais ? 

Souvent ?  

Vous êtes quelqu’un qui n’hésite pas à reconnaître qu’il (elle) s’est trompé(e) vous avez une bonne estime de vous.  

Le fait de reconnaître votre erreur (vos erreurs) fait de vous un(e) partenaire idéal(e) en amitié, en amour ou affaires.

Les gens savent qu’avec vous il n’y aura pas de rapports de force, ils sont à l’aise avec vous

Vous n’avez pas peur de montrer votre vulnérabilité et c’est ce qui fait votre force.

Eh oui! plus on montre sa vulnérabilité plus on est forts , incroyable mais vrai … 

Pourquoi ?

Parce que plus vous accepterez de montrer vos faiblesses/vulnérabilités moins vous aurez peur que les autres les découvrent.

Evident mon cher Watson, si tout au début de ma conférence  j’annonce aux gens que j’aimerais bien être ailleurs parce que j’ai peur de dire des bêtises ou de ne pas être à la hauteur, plus besoin de stresser de PEUR QUE LES AUTRES LE DÉCOUVRENT, ils le savent déjà

(voir mon article sur le sujet « COMMENT J’AI PERDU LA PEUR DE PARLER EN PUBLIC »

 

Reconnaître que vous avez tort, que vous avez pris la mauvaise décision à un moment donné, fait de vous un être HUMAIN avec vos qualités et faiblesses.

Reconnaître que vous avez eu tort de prendre telle décision plutôt que celle-là INSPIRE CONFIANCE À VOS INTERLOCUTEURS.

Ils savent que vous êtes capables de vous remettre en question car l’arrogance que sous-tend l’attitude du « J’AI RAISON » , -entendu comme « JE SUIS CERTAIN D’AVOIR RAISON ET TOI TU AS TORT –  éloigne la confiance aussi sûrement que le ferait la peste aux portes de nos villes car nul n’est infaillible (ce serait tellement enquiquinant de vivre avec des gens PARFAITS vous ne trouvez pas ?)

 

Exercice :

Pensez à la dernière fois où vous avez dû batailler pour prouver QUE VOUS AVIEZ RAISON, laissez-vous envahir par la situation, revivez-la intensément:

avez-vous ressenti une joie réelle, un plaisir intense à vouloir prouver que vous avez raison

ou vous sentez-vous « pompés » par tout ce déploiement de force ?

alors posez-vous toujours les questions suivantes : « Est-ce que cela valait vraiment la peine de me stresser est-ce que d’ici un an, la situation aura encore toute l’importance d’aujourd’hui ? »  

et demandez-vous : «  finalement qu’est-ce qui est le plus important maintenant

ETRE HEUREUX OU AVOIR RAISON  »  

  

et maintenant le sketch de ce virtuose de la langue française Raymond DEVOS

UnknownA tort ou à raison

On ne sait jamais qui a raison ou qui a tort.
C’est difficile de juger. Moi, j’ai longtemps donné
raison à tout le monde.
Jusqu’au jour où je me suis aperçu
que la plupart des gens à qui je donnais
raison avaient tort !
Donc, j’avais raison !
Par conséquent, j’avais tort !
Tort de donner raison à des gens qui avaient
le tort de croire qu’ils avaient raison.
C’est-à-dire que moi qui n’avait pas tort,
je n’avait aucune raison de ne pas donner tort
à des gens qui prétendaient avoir raison,
alors qu’ils avaient tort !
J’ai raison, non ? Puisqu’ils avaient tort !
Et sans raison, encore ! Là, j’insiste, parce que …
moi aussi, il arrive que j’aie tort.
Mais quand j’ai tort, j’ai mes raisons, que je ne donne pas.
Ce serait reconnaître mes torts !!!
J’ai raison, non ? Remarquez … il m’arrive aussi
de donner raison à des gens qui ont raison.
Mais, là encore, c’est un tort.
C’est comme si je donnais tort à des gens qui ont tort.
Il n’y a pas de raison !
En résumé, je crois qu’on a toujours tort d’essayer
d’avoir raison devant des gens qui ont toutes
les bonnes raisons de croire qu’ils n’ont pas tort !

 

Le dernier article paru sur mon autre blog les chemins de l’intuition.com : L’INTUITION EN VIDÉO, L’ART DE POSER LES BONNES QUESTIONS

 

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur « j’aime » et retrouvez-moi sur Facebook !

[likebox]
18 commentaires
  1. Bonjour Sylviane,
    Les points de vue sont si différents, lequel est le meilleur?
    Cela fait longtemps que je ne cherche plus à convaincre personne! Et merci pour le sketch savoureux de Raymond Devos

  2. Bonjour Sylviane,

    Vouloir avoir raison est un problème qui revient souvent… chez presque tout le monde, à différents degrés… Je pense que le problème peut-être plus profond qu’il n’y paraît… Essaye par exemple de discuter de politique avec quelqu’un qui adhère totalement à un parti et à ses idées. Il est sûr d’avoir raison. En général il vaut mieux abandonner très vite si tu ne veux pas y passer la nuit :-).

    Donc on peut penser qu’il y a un vrai besoin de « défendre son identité » en voulant absolument avoir raison. Mourir ou avoir tort pour certains, c’est presque la même chose et cela peut engendrer des guerres.

    Mais c’est clair que lorsqu’on arrive à lâcher prise et qu’on se fiche d’avoir raison, qu’est-ce qu’on se sent mieux dans les instants qui suivent !

    A la question « Comment obtient-on la vraie paix ? », Deepak chopra répond « En laissant aller le besoin de défendre votre point de vue ».

  3. Bonjour Sylviane,

    Ah, Raymond Devos, c’est un must !

    Bon, mon choix est fait : je préfère être heureux que d’avoir raison.
    Maintenant je peux avoir tort.

    Cela-dit, les gens qui croient détenir la vérité absolue s’écoutent le plus souvent parler, sans tenir compte de l’avis des autres.
    Forcément puisqu’ils ont raison !

    Bref, je leur répondrais que ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison.

  4. Bonjour Sylviane, j’ai retenu une phrase qui disait que :  » le point de vue sur un sujet n’est en fait que la vue d’un point.  »
    Chacun a le droit de penser comme il veut, ça le regarde.
    Merci pour le sketch de Raymond Devos !

    zenie

  5. Bonjour Sylviane,

    L’entêtement dont j’ai pu faire preuve à une époque est une des causes du burn-out que j’ai traversé. Avoir raison quand on est seule à prêcher dans le désert et à contre courant c’est avoir tort. Tort pas forcément vis à vis des autres mais par rapport à soi-même que l’on met en danger à force d’obstination destructrice. Quelques fois mieux vaut laisser tomber le porte voix et se mettre à murmurer – paradoxalement les gens se mettent à écouter différemment (ceci que l’on ait tort ou raison). Karine

  6. Salut Sylviane,

    En dehors d’avoir difficile pour certains (moi? jamais!) de reconnaitre qu’ils ont torts il y aussi ceux à qui ça arrache la langue de dire « vous avez raison »…par simple animosité, par esprit de contradiction, par volonté de se faire valoir…
    Un peu le même esprit que leur collègue en somme.

    Et pour Raymond Devos, tu te doutes bien de ce que j’en pense.
    J’ai un bouquin avec la totalité de ses sketches. Un génie.

    Et quelle fin misérable pourtant…enfin bon, il n’y a pas de raison de m’éloigner du sujet en en parlant à tort et à travers.

    @+
    Christian.

  7. Bonjour Sylviane,

    Bien vu tout ça. Le nerf de la guerre de toutes les relations humaines, à toutes les échelles, se situe là.
    De toute éternité.

    Certains adorent, mais ils y perdent leur vie.
    Le problème, c’est que très souvent, on est vraiment convaincu d’avoir raison !!

    Question de confiance en soi, bien sûr. Et pourtant comme tu le dis, rien de tel que reconnaître ses torts, pour obtenir la considération des autres. Et finalement gagner de la confiance en soi…

    Mais quel travail, n’est-ce pas ?

    A une autre fois.

  8. Bonjour Sylviane,

    Super article, et bonne allusion à ce texte très drôle du regretté Raymond Devos ! 😉

    Sur ces aspects là, par le passé, mon manque de confiance d’alors ne m’autorisait pas à reconnaître que je pouvais avoir tort.
    J’étais « persuadé » d’avoir raison en tout … jusqu’au jour où, ma vie ne m’apportant pas toutes les satisfactions que je pouvais en attendre, j’ai commencé à m’interroger et à penser que j’avais peut-être des changements à opérer, des enseignements à recevoir des autres et de la vie en général.

    C’est à partir de ce moment là que j’ai commencé à avancer à plus grands pas vers le bonheur ! Je peux enfin apprendre et, sachant que l’erreur est inhérente à la personne humaine « Errare humanum est », je n’ai plus de honte à considérer que je peux avoir tort …

    Donc oui, je ne suis pas (plus) un « accro » au fait d’avoir raison à tout prix !

    Bises et à très bientôt

    Philippe

  9. Bonjour Sylviane,
    C’est toujours le mental qui veut avoir raison.
    C’est son tempérament, il voit tout en termes
    de gagner ou perdre.
    Deux pistes pour lâcher:
    la conscience de ce qu’est le mental
    le coeur qui est plus intéressé par le lien que par gagner.

Laisser un commentaire

RGPD - J'ai lu et j'accepte les informations relatives à l'utilisation et à la protection de mes données personnelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.