*STRESS* Burn-out et stress c'est la même chose ?

Aujourd’hui je vous propose un article invité sur un sujet dont on ne sait finalement pas grand chose : LE BURN OUT. Il y a beaucoup de blogs sur le stress mais c’est la première fois que j’en trouve un sur ce sujet .

Ayant fait une dépression nerveuse il y a quelques décades, j’ai toujours été convaincue que stress et burn-out c’était finalement la même chose, mais est-ce réellement la même chose ?

Voici donc l’interview de Karine BRANGER, du blog NEW DIMENSION COACHING spécialiste du burn-out qui va expliquer pourquoi elle connait si bien le sujet

STRESS ET BURN-OUT : MÊME COMBAT ?

 

Bonjour Karine, est-ce que le stress et le burn-out c’est la même chose?

Le stress peut être un état normal de l’organisme (c’est lui qui nous permet de retirer notre main du feu quand on se brûle…),

Il devient préjudiciable à la santé lorsqu’il est chronique, résultant alors d’une exposition prolongée et répétitive à des situations anxiogènes.

Dans le cadre du travail, cela peut être des changements permanents, une non prévisibilité des évènements, une sanction sévère des erreurs… ou, au contraire, un immobilisme, une désagréable routine que tous les nerfs ne sont pas à même de supporter.

Lorsque les phases d’alerte ne sont plus suivies de phases de détente, il y a véritablement danger pour l’organisme ! L’hormone du stress étant alors générée en permanence, celui-ci ne suit plus, se fatigue et… se laisse, en quelque sorte, tomber malade.

Le burn-out est l’aboutissement insidieux d’un stress chronique.

La personne, non seulement se sent stressée en permanence, est constamment fatiguée et devient irritable, mais elle semble progressivement avoir perdu ses moyens de réaction.

Au lieu de se défendre, elle paraît se résigner, se blindant émotionnellement, se renfermant sur elle-même jusqu’à refuser même qu’on l’aide.

Evidemment la question qui me vient à l’esprit c’est : « pourquoi avoir fait un blog sur ce sujet ? « 

J’en ai fait moi-même il y a quelques années et il était très difficile, à l’époque, de trouver des informations sur ce phénomène.

J’ai souhaité mettre des informations et une approche moins scientifique du problème à la disposition des personnes qui sont en recherche de renseignements ou de solutions.

Quoi de mieux qu’un blog aujourd’hui pour partager le plus largement des informations qui peuvent faire une vraie différence !

Quelles sont les causes du burn-out ?

Le burn-out peut-être lié à des problématiques individuelles. Mais il est, le plus souvent, révélateur de dysfonctionnements internes à l’entreprise ou de l’organisation.

Dans la majorité des situations, ses causes résident dans la défaillance de l’organisation du travail ou des modes de management.

Les conditions de travail mises en œuvre par le management, l’absence de marge de manœuvre, de temps et de soutien social, sont le terreau de prédilection du burn-out et aussi parce que l’investissement personnel et émotionnel au travail est de plus en plus sollicité voire exigé par les modes de management modernes.

La culture d’entreprise, ses exigences et la nécessité de s’y conformer peuvent être les catalyseurs d’un surinvestissement qui peut s’avérer néfaste pour les salariés émotionnellement et affectivement trop sollicités et trop engagés

images-2

C’est donc un phénomène propre à notre époque ?

Il semblerait que cela se développe de plus en plus, l’investissement de la subjectivité au travail étant de plus en plus sollicité par les modes de management modernes.

Quelles sont les personnes les plus touchées ?

Tout le monde peut être victime du burn-out.

Historiquement, le burn-out a été d’abord identifié et analysé chez les personnes exerçant des professions en lien avec la relation d’aide, de soin, de soutien, les métiers dits compassionnels (infirmier, médecin, assistant social….).

Mais très vite, les études, et notamment celles de Christina Maslach aux Etats–Unis, ont démontré que le burn-out touche tous les métiers, tous les secteurs d’activités et toutes les catégories socioprofessionnelles.

Tout le monde peut être la victime du burn-out, du dirigeant aux salariés, des ouvriers sur le terrain en passant par les cadres.

Les suicides qui ont eu lieu nous en font la malheureuse démonstration : ingénieurs et cadres de l’automobile, agriculteurs, techniciens des eaux et forêts, infirmières, salariés de PME ou de grands groupes…

Quels sont les différents stades du burn-out ?

Le burn-out se définit comme un syndrome tridimensionnel caractérisé par :

  • un état d’épuisement émotionnel : il renvoie au manque d’énergie, au sentiment que les ressources émotionnelles sont épuisées. La personne n’est plus motivée par son travail, qui devient une corvée.

  • un état de désinvestissement et de cynisme : il s’agit là de dépersonnalisation. Cela renvoie au développement d’attitudes impersonnelles, détachées, négatives, cyniques. La personne ne se sent plus concernée par son travail et dresse une barrière qui l’isole de ces clients et collègues.

  • une réduction du sentiment d’efficacité personnelle : il s’exprime par le manque d’accomplissement personnel et concerne à la fois la dévalorisation de son travail et de ses compétences, la croyance que les objectifs ne sont pas atteints, la diminution de l’estime de soi et du sentiment d’auto-efficacité.

Pour ceux qui sont intéressés et/ou curieux, une série de vidéos gratuites expliquant parfaitement ces phases sont à leur disposition sur mon blog

Quels sont les problèmes physiques et psychologiques du burn-out que l’on rencontre le plus souvent ?

Cela va des pathologies cardiovasculaires aux infections, aux abus de drogues, en passant par la dépression, les troubles anxieux, le développement de phobies et de maladies auto-immunes.

Et bien sûr tout cela a un impact sur la vie de famille

Le burn-out a un impact toute la sphère familiale.

C’est d’ailleurs très souvent le conjoint qui tire la sonnette d’alarme, constatant des changements comportementaux (agressivité, mauvaise humeur) ou remettant en cause un investissement professionnel de plus en plus envahissant.

Lorsque des problèmes de santé ou d’addiction surgissent, l’impact du burn-out est encore plus flagrant et la cellule familiale peut éclater.

Comment soigne-t-on le burn-out (épuisement professionnel)?

  • La 1ère des choses est de prendre conscience de ce qui se passe et de consulter son médecin traitant.
  • La 2ème est d’oser en parler et de sortir de l’isolement.
  • La 3ème est de se faire accompagner par un professionnel.

Le syndrome du burn-out est à prendre très au sérieux : non seulement il a des conséquences directes sur votre santé physique et mentale mais il conduit même certaines personnes au suicide.

Il n’est donc pas question de le sous-estimer. Un accompagnement permet à la personne de prendre conscience de ce qui se joue et de réfléchir à la situation, de trouver des solutions et des portes de sorties adaptées et individualisées.

Il n’y a pas de pilule miracle : il s’agit d’un travail sur soi et avec soi, que l’accompagnement va faciliter.

Pour l’accompagnant, il s’agit de comprendre l’environnement de travail dans lequel la personne victime de burn-out évolue pour lui permettre de trouver les solutions qui seront les siennes dans un contexte personnel et professionnel donné.

toujours plus, toujours, plus

toujours plus, toujours plus

Y’a-t-il des personnes prédisposées au burn-out ?

Sans parler de prédisposition, il est possible de constater que les personnes touchées sont souvent très investies et engagées dans leur travail. Elles sont parfois les plus perfectionnistes. Elles se consacrent corps et âme à leur travail… le mécanisme s’emballe jusqu’à la rupture physique et mental totale.

Que peut-on faire finalement pour prévenir le burn-out ?

La meilleure des préventions est de développer un équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

La réalisation de soi et la construction identitaire doivent passer par d’autres vecteurs que la seule sphère professionnelle.

Il s’agit d’atteindre un niveau de réalisation de soi qui ne soit pas exclusivement axé sur le travail.

Vous, en tant que coach, que proposez-vous aux plan personnel et professionnel ?

Je suis coach et formatrice. J’accompagne aussi bien les entreprises que des particuliers qui font appel à moi.

Dans le cadre du coaching, je suis les personnes en situation de burn-out, pour les aider à en sortir.

Il s’agit de les accompagner dans la prise de conscience et dans la recherche des solutions qui leurs soient adaptées afin de changer positivement la situation pour eux.

Pour les particuliers, la formation consiste à leur donner des clefs pour mieux comprendre ce qui se passe, les déculpabiliser et les amener à construire un cheminement, une réflexion destinés à les aider soit à prévenir, soit à surmonter un burn-out.

Vous venez de lancer des ateliers pour les personnes en situation de burn-out

Oui, Les premiers ateliers auront lieu à Paris les 14 et 15 juin et sur Lyon les 21 et 22 juin prochains

(Pour plus d’informations, vous pouvez contacter Karine sur son blog. )

Je n’ai jamais entendu parler de ce type d’atelier auparavant est-ce nouveau ?

Oui je crois être la première à proposer ce type d’accompagnement sous la forme d’un coaching collectif. Ce sont les personnes que j’ai accompagnées qui m’en ont donné l’idée. J’ai senti qu’il y avait un besoin.

Merci Karine d’avoir pris le temps de répondre à mes questions qui, j’en suis certaine, trouveront un écho auprès des personnes atteintes de ce mal qui fait des ravages et permettra de tirer la sonnette d’alarme pour tous ceux qui ne se rendent pas compte qu’ils sont peut-être au bord du gouffre

La semaine prochaine, la suite de l’article  « LE SUCCÈS MÈNE AU BONHEUR : VRAI OU FAUX« Comment devenir optimiste et heureux en 7 étapes et le rester ? »

 

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur « j’aime » et retrouvez-moi sur Facebook !

[likebox]
33 commentaires
  1. bonjour sylviane et Karine,

    Un article vraiment intéressant. le « burn-out » est donc vraiment le mal professionnel;

    La dévalorisation du travail et la rentabilité immédiate et à tout prix doit y être, pour quelque chose ?

    Bien amicalement,
    Christine

  2. Bonjour,

    Vraiment très intéressant.
    Je rebondis effectivement sur le fait que le burn-out n’est pas lié qu’à la sphère professionnel. C’est avant tout le témoin d’un manque de réalisation de soi ou d’épanouissement professionnel.

    Ces moments-là doivent au contraire être des tremplins ou des prises de conscience qu’il y a besoin d’un changement. Mais lorsque l’esprit n’est pas habitué à ces perspectives, il va dans le laisser aller qui conduit au burn-out…

    Dorian

  3. Bonjour Sylviane,

    Un témoignage très intéressant pour mieux comprendre ce qu’est le « burn out ». J’ai eu en consultations des personnes atteintes par ce syndrôme, toutes deux pour des raisons professionnelles.
    Les voir évoluer vers un mieux être après un travail sur soi est un vrai bonheur.
    Pour info une bonne méthode de méditation est particulièrement bénéfique.
    Bonne journée et à bientôt 😉
    Michèle

  4. Bonjour Karine, bonjour Sylviane,
    Merci pour cette interview qui met le doigt sur un problème récurent, le stress.
    Ce vilain stress est partout, même là où ne s’y attend pas.
    Chaque fois que je fais un sondage sur un sujet, en ce moment c’est le poids, la principale cause des difficultés à aboutir est le stress.
    Je vous souhaite la meilleure jouréne.
    Danièle

  5. Bonjour Karine et Sylviane,
    Je suis vraiment convaincu que ce type de coaching ou de formation est très utile dans le monde de l’entreprise. En effet, il me semble que la plus grande difficulté dans ce cas est le repli sur soi et l’isolement. C’est terrible car, quand la personne en est là, elle ne peut plus trouver d’issue par elle-même.

  6. Pour moi il y y deux choses qui me paraissent important:
    pour que le stress et les burn out puissent être maîtrises, il faut en priorité

    * ancrer la valeur santé dans les entreprises et dans les politique d’entreprises.

    * offrir à chacun une solution en matière d’hygiène de vie qui nécessite pas d’effort, qui est simple, complète et facile à mettre en place

    L’entreprise, la place de travail, est la clé pour promouvoir l’idée de la santé et une solution efficace. Et des recherches le montrent, les entreprises qui placent la santé comme valeur dans leur politique ont de meilleurs résultats financiers.

    Alors pourquoi c’est si difficile?

  7. Bonjour Sylviane et Karine

    Le burn out est donc la forme extrême du stress….
    Quoiqu’au Japon, existe ce que l’on appelle le karoshi , j’ai rédigé un article sur cette problématique.

    Petite question :
    – Pourquoi met-on autant de temps à récupérer ? Que se passe t’il physiologiquement pour expliquer cela ?

    – Qu’est ce qui crée le déclic de repartir de l’avant ; en effet, il y a une phase où ces personnes en burn out n’ont plus d’envie, plus d’énergie….qu’est ce qui est primordial de travailler avec elle pour arriver à basculer ?

    Merci Karine pour tes vidéos : on sent le vécu !
    Karine ( l’autre !)

  8. Karine,

    burn-out et karoshi sont le même syndrome la différence c’est que les Japonnais ont donné un nom au fait de mourir d’un des symptômes subitement au travail – de notre côté on fait l’autruche car on ose pas dire (même si ça commence un peu) que le travail peut tuer au travers des RPS. Pour les difficultés à récupérer et bien la machine (le corps) a trop tournée à force de trop de sollicitions. Le cocktail hormonale est complètement déséquilibré. Il faut donc que les personnes soient très bien suivies sur le plan médical – c’est très important pour pouvoir reprendre pied et trouver des solutions aux symptômes physiques. Et le travail sur soi par la prise de responsabilité et lui aussi une étape importante – c’est ce que j’explique dans mes vidéos 2 et 3. bon visionnage. Karine

  9. Bonjour Sylviane et Karine,

    Ce qui n’est pas évident c’est lorsqu’une personne n’a que son travail dans la vie et qu’elle s’y donne corps et âme et n’a pas de vie sociale ou rien d’autre à quoi se raccrocher qui lui donne satisfaction et qui ne dépend de personne d’autre, vie de famille ou pas.

    Tout le monde ou presque connaît des acharnés qui travaillent sept jours par semaine ou qui ont en tête leur travail tout le temps, soit parce qu’ils travaillent à la maison, soit parce qu’ils rapportent du travail à la maison.

    Amicalement,

    Sco!

  10. Bonjour Karine, bonjour Sylviane,

    C’est vrai qu’on emploie aujourd’hui le terme de Burn-out à toutes les sauces, alors qu’il renvoie à un problème bien précis.

    En tous cas Karine, on sent que tu maîtrises vraiment bien ton sujet. Et j’ai bien conscience que tout le monde peut être touché par ce mal un jour, personne n’est à l’abri. Donc le côté préventif tient à mon avis une place importante pour nous éviter justement d’y être confronté. Merci pour toutes ces informations.

    Amicalement,

  11. Bonjour Sylviane et Karine,
    Personnellement je n’ai jamais fait de burn out.
    La raison majeure étant que j’avais tellement de troubles
    du sommeil que j’étais obligée de m’économiser dans la journée.
    Maintenant que je suis indépendante, j’ai plus de chances
    d’en faire car je ne m’épargne pas mais je pratique assez
    de techniques anti stress pour être relativement à l’abri.
    ceci dit, l’information est importante à faire circuler.

  12. Bonjour Sylviane & Karine,

    Merci pour cette belle documentation.

    Je dirais que la plupart du temps il est difficile de prendre conscience de son propre « burn-out » & ceci par manque d’informations donc merci pour cet article.

    Avec cette liste de symptômes il est ainsi plus facile de se reconnaître & donc finalement d’entamer une démarche personnel dans ce sens.

    Merci à vous 2.

    Brice

Laisser un commentaire

RGPD - J'ai lu et j'accepte les informations relatives à l'utilisation et à la protection de mes données personnelles.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.